Pourquoi l'extrême-droite progresse en Europe

Présentée par Stéphanie Gallet

S'abonner à l'émission

Le Temps de le dire

lundi 30 mai 2016 à 9h03

Durée émission : 55 min

Le Temps de le dire

© Norbert Hofer, par JOE KLAMAR AFP

En Europe les partis d'extrême-droite ont le vent en poupe. Excepté au Portugal, en Espagne, et en l'Irlande, ils ont partout obtenus plus de 10 % aux dernières législative,parfois plus.

Pourquoi un tel attrait pour des formations politiques qui il y a peu de temps, étaient encore marginalisées ? Le dernier exemple en date est sans aucun doute celui de l'Autriche. Lundi dernier le FPOe la formation populiste autrichienne n'a pas gagné la présidentielle. Ou plutôt elle a presque remporté l'élection présidentielle, serait-il plus juste de dire, tant la victoire du candidat écologiste s'est jouée à très peu : seulement 30 000 électeurs. Cette non-victoire, cette fausse défaite, signe donc bien l'ancrage de la présence du FPOe dans le paysage politique autrichien et européen. Une élection résumée par Jérôme Ségal comme un scrutin avec "un suspens intenable pour les électeurs et les observateurs" et une absence de "front républicain comme cela se fait en France"

De manière plus générale, en Europe les partis d'extrême-droite ont le vent en poupe et sont sortis de la marginalité. À l'exception du Portugal, de l'Espagne et de l'Irlande, ils ont partout obtenus plus de 10 % aux dernières législative et parfois même plus de 20 % comme en Autriche, au Danemark, en Hongrie et en Finlande, sans oublier ceux qui caracole en tête autour de 30 % en Pologne et en Suisse. Mais, tempère Yohann Aucante, "on a des situations très évolutives. Les scores à deux chiffres de certains partis contestataires ne sont pas nouveaux. Ce phénomène existe depuis longtemps dans les pays nordiques, ce qui les rend moins contestataires de fait". 

Mais peut-on pour autant parler partout d'extrême droite ? Certains préfèrent le vocable de droite radicale. Qui a-t-il en effet de commun entre Aube doré en Grèce, le FPÖ en Autriche et Droit et justice en Pologne ? Ils ont chacun une histoire et un imaginaire qui leur est propre et leur rapport au pouvoir diffère d'un pays à l'autre. Mais à peu près tous profèrent la même peur de l'étranger, des musulmans  le même mépris des élites des institutions européennes et des partis traditionnels. Olivier Dard explique cependant que "ce qui se joue en Europe centrale est sensiblement différent de ce qu’on observe à l’Ouest ou dans l’Europe latine." Ce spécialiste précise également que l’électorat varie en fonction des pays, mais également en fonction des périodes. "L’électorat actuel du Front National n’est pas le même aujourd’hui qu’il y a quelques années" précise Olivier Dard.

La plupart se nourrissent également de la crise économique et de la désespérance sociale. L'affluence de migrants en Europe ces derniers mois semble enfin leur donner des ailes. Mais finalement, est un véritable mouvement de fond qui plâne sur l'Europe, ou bien cette tendance est-elle purement contextuelle ?

 

Invités

  • Jérôme Ségal , Universitaire, maître de conférences à Paris IV, spécialiste de l'extrême-droite autrichienne

  • Yohann Aucante , docteur en politique comparée de l'IEP de Paris, est maître de conférences à l'EHESS

  • Olivier Dard , Professeur d'histoire contemporaine à l'Université Paris Sorbonne

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours du lundi au vendredi, à partir du lundi 4 septembre 2017

La grande émission interactive pour aborder tous les sujets de société, qui font l'actualité. Stéphanie Gallet reçoit ses invités pour réfléchir, approfondir, apprendre et donner du sens à tous les sujets du moment. Posez vos questions ou témoignez en direct pendant l’émission 04 72 38 20 23 ou par mail à l'adresse letempsdeledire[arobase]rcf.fr.

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.