Procès Barbarin : ce qu'il faut retenir

© JBC - Le cardinal Barbarin à son arrivée au procès

Le procès du Cardinal Philippe Barbarin et de cinq responsables du diocèse de Lyon s'est tenu du 7 au 10 janvier devant le tribunal correctionnel de Lyon, pour non-dénonciation d'abus sexuels et non-assistance à personne en danger, dans le cadre de l'affaire Preynat.
RCF Lyon a suivi l'intégralité du procès.

Le bilan du procès Barbarin

Le bilan du procès Barbarin

Après quatre jours d'audience, le tribunal correctionnel de Lyon a mis en délibéré sa décision, qui sera rendue le 7 mars prochain. Retour sur un procès marquant.

Dans sa plaidoirie, Jean-Félix Luciani, avocat de Mgr Philippe Barbarin, a soutenu que cette procédure de la citation directe « était en trop » dans le combat de La Parole libérée. Mais finalement, on pourrait se dire ce procès Barbarin aura été utile.

Utile pour les victimes tout d'abord, qui ont enfin pu libérer leur parole, faire entendre leurs témoignages et leurs souffrances directement aux responsables de l’Eglise catholique de l’autre côté de la barre. Elles ont aussi enfin obtenu le débat qu'elles réclamaient depuis plusieurs années sur la protection de l’enfance dans notre société.

Pour Pierre-Emmanuel Germain-Thil, partie civile, après écoute des débats, il ne peut qu'y avoir une condamnation.

00:00

00:00

Les explications des responsables du diocèse de Lyon

Et puis ce procès aura été aussi utile d’une certaine façon pour permettre aux prévenus d’enfin s’expliquer dans un cadre serein, celui d'une salle d'audience, et ainsi mettre fin à la « campagne de haine » qui a « broyé la vie » de certains cités à comparaître, selon les termes utilisés dans sa plaidoirie par Jérôme Chomel de Varagnes, avocat de l'évêque de Nevers Mgr Thierry Brac de la Perrière.

Pour la défense, il aura été en effet beaucoup question de l’utilisation de la médiatisation du combat de La Parole libérée. Question aussi de secret professionnel, « d’erreurs de gouvernance » reconnues par le cardinal Barbarin, mais qui n’en font pas pour autant des infractions selon Jean-Félix Luciani : « il a été maladroit, oui, il a été parfois défaillant, sans doute, mais il n'a jamais commis la moindre faute pénale ». 

00:00

00:00

Une chose est sûre, tout le monde n’est plus totalement le même après ces quatre jours de procès : victimes, prévenus, mais aussi les nombreuses personnes qui ont assisté aux audiences sur les bancs du public. Comme le père Christian Delorme, délégué du diocèse de Lyon aux relations interreligieuses :

00:00

00:00


 

Procès Barbarin : Mgr Gobilliard remercie La Parole Libérée

Au dernier jour du procès du Cardinal Barbarin, Mgr Emmanuel Gobilliard, évêque auxiliaire du diocèse de Lyon, a remercié publiquement l'association La Parole Libérée pour son combat.

Présent dans le public pendant les quatre jours qu'ont duré le procès du cardinal Barbarin, Mgr Emmanuel Gobilliard a tenu à prendre la parole lors d'une suspension d'audience. L'évêque auxiliaire du diocèse de Lyon s'est adressé directement à François Devaux, président de l'association La Parole Libérée, ainsi qu'aux victimes.

Lors de cet échange, Mgr Gobilliard les a remerciés à de nombreuses reprises, saluant le travail réalisé pour aider l'Eglise à changer. Il s'est dit "bouleversé" et ne "plus être le même homme" depuis ce procès. L'échange a eu lieu dans les couloirs du tribunal de Lyon au dernier jour des débats.

00:00

00:00

Des remerciements sincères selon François Devaux, qui souhaite que cette prise de conscience se transforme désormais en actes :

00:00

00:00

Poursuivi pour non-dénonciation d’agressions sexuelles sur mineurs, le cardinal Barbarin était cité à comparaître en compagnie de cinq autres responsables du diocèse de Lyon.

Procès Barbarin : l'analyse du Père Christian Delorme

Procès Barbarin : l'analyse du Père Christian Delorme

Avec le père Christian Delorme, nous revenons sur les quatre jours du procès du cardinal Barbarin pour non-dénonciation d'abus sexuels sur mineurs.

Pendant quatre jours, devant le tribunal correctionnel de Lyon, s'est tenu le procès du cardinal Philippe Barbarin et de cinq autres responsables du diocèse de Lyon pour non-dénonciation d'abus sexuels sur mineurs et non-assistance à personne en danger.

Dans le public, le père Christian Delorme a suivi l'intégralité des débats. Le délégué du diocèse de Lyon aux relations interreligieuses est au micro de Jean-Baptiste Cocagne.

Le regard d'un journaliste sur le procès Barbarin

Le regard d'un journaliste sur le procès Barbarin

Christophe Henning a couvert l'intégralité du procès Barbarin pour le magazine Pèlerin. Il est l'invité du 18/19 régional.

La semaine aura été marquée par le procès du cardinal Barbarin. L’archevêque de Lyon était cité à comparaître devant le tribunal correctionnel de Lyon avec un autre archevêque, un évêque, un prêtre et deux laïcs, pour non-dénonciation d’agressions sexuelles sur mineurs et non-assistance à personne en danger.

Un procès dense qui aura duré 4 jours. Beaucoup de choses se sont jouées dans la salle d’audience, et en dehors également. Le journaliste Christophe Henning a couvert l'intégralité des débats pour le magazine Pèlerin. Avec lui, on revient sur les enseignements à tirer de ce procès emblématique à plus d'un titre.

Procès Barbarin : pas de condamnation requise par le parquet

Procès Barbarin : pas de condamnation requise par le parquet

Retrouvez le déroulé de la troisième journée du procès Barbarin.

Avant-dernier jour pour le procès Barbarin avec le temps des plaidoiries. Les six avocats des parties civiles ont tous pris la parole avec des mots forts, dénonçant une "tradition du silence qui fait partie de l'histoire même de l'Eglise" et s'étonnant de "l'attitude attentiste de Mgr Barbarin".

Me Jean Boudot (photo ci-dessus) a cherché à prouver les contradictions entre les réponses "édifiantes" de l'archevêque de Lyon à la barre lundi et ses déclarations lors de son interrogatoire par la police. "Vous êtes un menteur Monsieur Barbarin !" a lancé l'avocat. Une expression qu'il assume :

00:00

00:00

Un réquisitoire sans condamnation de la procureure

Après les plaidoiries de l'accusation, la procureure de la République n'a pas requis de condamnation, s'en tenant ainsi aux conclusions de l'enquête classée sans suite à l'été 2016 visant Mgr Barbarin.
Le parquet a estimé que tous les faits étaient prescrits concernant le motif de non-dénonciation d'agressions sexuelles sur mineurs et que le danger imminent de Bernard Preynat (nécessaire pour prouver le motif de non-assistance à personne en danger) n'était pas prouvé en 2014, car il n'existe à l'heure actuelle aucune preuve de récidive pédophile du prêtre depuis 1991, date de sa mutation de Lyon dans une paroisse du Roannais.
Le ministère public a également considéré que les responsables du diocèse de Lyon n'ont pas cherché à entraver le travail de la justice.

Un réquisitoire sans condamnation qui est un mauvais signal pour Pierre-Emmanuel Germain-Thil, l’une des 9 victimes parties civiles.

00:00

00:00

Une analyse des débats qui n'est pas la même pour Me Jean-Felix Luciani, l'un des deux avocats de Mgr Philippe Barbarin :

00:00

00:00

Un "procès-spectacle" dénoncé par la défense

La journée s'est terminée avec deux plaidoiries de la défense, qui ont insisté sur la médiatisation autour des procédures, "une campagne de presse d'une violence quasi-inédite qui a piétiné la présomption d'innocence" des prévenus.

Le "procès-spectacle" dénoncé par Me Xavier Vahramian doit prendre fin ce jeudi, avec les dernières plaidoiries de la défense. Le tribunal mettra alors sa décision en délibéré, attendu dans plusieurs semaines.
 

Procès Barbarin : une deuxième journée très intense

Procès Barbarin : une deuxième journée très intense

Retrouvez le résumé de la deuxième journée d'audience du procès de six responsables du diocèse de Lyon pour non-dénonciation d'agressions sexuelles sur mineurs.

Les débats ont gagné en intensité pour ce deuxième jour au tribunal correctionnel de Lyon. Une intensité synonyme de tension pendant la matinée, où il a même fallu une suspension de séance d'une dizaine de minutes pour mettre fin aux échanges.

Pendant l'audition de Régine Maire, bénévole du diocèse de Lyon qui a rencontré deux victimes du père Preynat en 2011 (Laurent Duverger) et 2014 (Alexandre Hezez), son avocat Xavier Vahramian a fait valoir son droit à ne pas répondre aux questions du tribunal ou de l’accusation. Pour Jean Boudot, avocat de l'accusation, ce « droit au silence peut intriguer ».

Pour l'un des avocats de Mgr Philippe Barbarin, André Soulier, les prévenus ont tout de même répondu aux questions, même s'ils avaient prévu de ne pas le faire.

00:00

00:00

9 victimes du père Preynat à la barre

Une intensité des débats qui s’est ensuite transformée en émotion dans l’après-midi, à l’écoute des témoignages des victimes du père Preynat. Ces enfants, devenus adultes, qui se sont tus pendant des années, ont su mettre des mots sur les abus sexuels qu’ils ont subis.

« Si je suis là aujourd’hui, ce n’est pas dans un esprit de revanche, c’est pour que des hommes d’Eglise entendent ma souffrance » a déclaré Christian Burdet, abusé par Bernard Preynat pendant un camp scout en 1977.

Réponse de la défense, par la voix de l'autre avocat de Mgr Barbarin, Jean-Félix Luciani : « il est important d’avoir entendu les victimes aujourd’hui. Au moins ce procès aura eu ce mérite ».
Une étape importante pour Laurent Duverger, l'une des victimes de Bernard Preynat :

00:00

00:00

Dans le public, des victimes d'autres prêtres pédophiles ont tenu à assister au procès. Comme Jean-Luc Souveton, prêtre du diocèse de Saint-Etienne, abusé par le père Régis Peyrard qui vient d'être condamné par la justice. Il a tenu à venir par solidarité avec les membres de l'association La Parole libérée :

00:00

00:00

Le procès se poursuivra mercredi avec les plaidoiries des avocats de chaque partie.

Procès Barbarin : le cardinal témoigne à la barre

Procès Barbarin : le cardinal témoigne à la barre

Récit de la première journée de la citation directe visant le cardinal lyonnais Mgr Philippe Barbarin pour non-dénonciations d'abus sexuels sur mineurs et non-assistance à personne en péril.

Après une matinée très technique, où la défense a plaidé l'irrecevabilité de la citation directe, le procès est entré dans le vif du sujet dans l’après-midi avec les auditions des prévenus.

Pierre Durieux, ancien directeur de cabinet du cardinal Barbarin, a lu une déclaration préalable mais n’a répondu ensuite à aucune question du tribunal ou de l’accusation. « Pourquoi venir en personne au tribunal pour ensuite se taire ? » lui demande la présidente. « La réponse tient en un mot : "fidélité" » rétorque l'ancien responsable de la communication du diocèse.

Ensuite, c’est au tour de l’archevêque de Lyon d’être appelé à la barre, où il va rester près de trois heures. Lui aussi a fait le choix de lire de commencer son intervention par une déclaration libre avant d’affronter les questions du tribunal, dans laquelle il clame son innocence : « je n’ai jamais, au grand jamais, couvert de crimes pédophiles ».
 

2014 : une rencontre déterminante

Il raconte que ce qui a tout déclenché, c’est sa rencontre le 23 novembre 2014 avec Alexandre Hezez dans son bureau à l’archevêché. Cet ancien du groupe scout de Saint-Luc à Sainte-Foy-lès-Lyon lui raconte tous les abus du père Bernard Preynat dont il a été victime. L’homme alors âgé de 40 ans ne peut plus porter plainte contre le prêtre pédophile car la prescription a pris fin deux ans plus tôt, à ses 38 ans (soit la majorité plus 20 ans).

Mgr Philippe Barbarin se souvient de ce moment à la barre comme d’un récit qui l’a « bouleversé ». « Je comprends la gravité des faits en 2014, pas avant » assure-t-il. Pourtant, le Primat des Gaules a eu un entretien avec Bernard Preynat en personne quatre ans plus tôt, le 31 mars 2010, pour s’assurer « qu’aucun enfant n’a été abîmé depuis 1991 ». Une hypothèse que lui confirme le prêtre, que l’archevêque de Lyon croit sur parole.

Le juge assesseur interroge alors le cardinal : « pourquoi n’avez-vous pas eu la curiosité d’en savoir plus ? » en rencontrant Bernard Preynat en 2010. « J’ai pensé que cette question grave avait été gérée avec sérieux par mes prédécesseurs » répond Mgr Barbarin.
 

Les réactions des parties civiles et de la défense

Du côté des victimes, on ne met pas en doute la sincérité des propos tenus en salle d’audience par l’archevêque de Lyon, mais François Devaux, président de l’association de victimes La Parole libérée et l'une des 9 parties civiles du procès Barbarin, s’interroge sur le manque de prise de conscience à un tel niveau de responsabilité.

00:00

00:00

Cette journée d’audience aura donc permis d’entendre les explications de Mgr Barbarin dans le cadre d’un débat public. Un cadre serein pour s’exprimer, qui pourrait peut-être changer le regard du grand public sur l’attitude de l’archevêque de Lyon, selon son avocat Jean-Félix Luciani.

00:00

00:00

La deuxième journée d’audience commencera avec les auditions des autres prévenus, avant celle des plaignants.

[Retrouver le dossier spécial consacré au procès Barbarin]

Procès Barbarin : un rendez-vous judiciaire très attendu

Procès Barbarin : un rendez-vous judiciaire très attendu

Lundi s'ouvre le procès Barbarin pour non-dénonciation d'abus sexuels sur mineurs. L'archevêque de Lyon comparaît avec cinq autres personnes.

L'image pourrait être forte : un cardinal dans une salle d'audience, pour un procès hors norme qui va s’ouvrir ce lundi 7 janvier devant le tribunal correctionnel de Lyon. Le cardinal Philippe Barbarin est cité à comparaître pour non-dénonciation d’abus sexuels sur mineurs et non-assistance à personne en péril par d’anciennes victimes présumées du père Bernard Preynat.

Après plusieurs reports successifs pendant un an et demi, il y aura donc bien un procès visant l'archevêque de Lyon. Un rendez-vous judiciaire très attendu par François Devaux, le président de l’association de victimes La Parole Libérée.

00:00

00:00

François Devaux explique que la procédure judiciaire a été engagée pour démontrer le système existant dans une institution, l’Eglise, pour gérer le cas du père Bernard Preynat, accusé d'avoir agressé sexuellement 70 enfants pendant une vingtaine d'années dans la paroisse Saint-Luc de Sainte-Foy-lès-Lyon.

Au-delà du cardinal Barbarin, les plaignants ont aussi appelé à comparaître cinq autres personnes : deux assistants du cardinal, des laïcs (Pierre Durieux, directeur de cabinet, et Régine Maire, chargée de l'écoute des victimes), ainsi que trois religieux en responsabilité dans le diocèse de Lyon après la mutation en 1991 de Bernard Preynat de Sainte-Foy-lès-Lyon dans des paroisses du Roannais : deux évêques (l’archevêque d’Auch Mgr Maurice Gardès et l’évêque de Nevers Mgr Thierry Brac de la Perrière) et le père Xavier Grillon.
 

"Un moment de vérité" pour le diocèse de Lyon

Du côté du diocèse de Lyon, cette citation directe est abordée avec sérieux et gravité. Pour l’évêque auxiliaire Mgr Emmanuel Gobilliard, ce procès doit être un moment de vérité.

00:00

00:00

Les débats au tribunal devraient durer trois jours, avec comme enjeu juridique central, le point de départ de la prescription pour non-dénonciation d’abus sexuels. 200 journalistes se sont accrédités pour suivre le procès.

Dans le diocèse de Lyon, les fidèles sont divisés sur cette procédure judiciaire. Un reportage de Margaux Caroff au sanctuaire Saint-Bonaventure de Lyon :

00:00

00:00

[POUR ALLER PLUS LOIN]

Les enjeux juridiques du procès Barbarin

Les enjeux juridiques du procès Barbarin

Le cardinal archevêque de Lyon Mgr Philippe Barbarin est visé par une procédure de citation directe devant le tribunal correctionnel de Lyon pour non-dénonciation d'abus sexuels sur mineurs.

Lundi 7 janvier 2019 va s'ouvrir un procès hors norme au tribunal correctionnel de Lyon. Le cardinal archevêque de Lyon Mgr Philippe Barbarin est cité à comparaître pour non-dénonciation d'abus sexuels sur mineurs. Une procédure judiciaire engagée par des victimes présumées du père Bernard Preynat.

Pour mieux comprendre les enjeux juridiques de cette procédure de citation directe, Jean-Baptiste Cocagne a posé 3 questions à l'avocat pénaliste Laurent Bohé

Sur le même thème :