Quand les peuples d'Afrique disent non aux "coups d'Etat constitutionnels"

3 février 2015 Par

Ce soir à Paris, des Africains de différents pays, impliqués dans la campagne "Tournons la page", donnent une conférence. Objectif: sensibiliser les occidentaux à leur besoin de démocratie.

En Afrique, une quinzaine d’élections présidentielles se profilent ces deux prochaines années. C’est dans ce contexte que se réunissent ce soir à Paris les acteurs de la campagne africaine « Tournons la Page », à laquelle s’associent le Secours catholique et la Conférence des évêques de France.

Ils viennent sensibiliser les opinions publiques et les gouvernements occidentaux au refus exprimé par les peuples d’Afrique – déjà au Burkina Faso, plus récemment en République démocratique du Congo – de subir ce qu’ils nomment des « coups d’Etat constitutionnels ».

Pour Monseigneur Fridolin Ambongo, évêque de Bokungu-Ikela en république Démocratique du Congo, président de la commission épiscopale Justice et Paix de son pays, quelque chose est en train de bouger au sein des peuples d’Afrique…

Lors du sommet de l’union africaine ce we, Ban Ki-moon, le secrétaire général des Nations unies, a appelé les chefs d’Etat africains à ne pas modifier ou changer leur Constitution pour s’accrocher au pouvoir.