Quel avenir pour la fonction publique ?

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

mercredi 8 mars 2017 à 7h50

Durée émission : 15 min

Le Grand Invité

© ZAKARIA ABDELKAFI AFP

Mardi, à l’appel de plusieurs syndicats, les fonctionnaires étaient appelés à faire grève pour "défendre le service public". Ils demandent notamment plus de moyens.

Pendant ce temps, la réduction du nombre de fonctionnaires est régulièrement citée dans les programmes de certains candidats. 

 

La question des dépenses publiques

"Il y a clairement une question de dépenses publiques qui est posée à travers le sujet du nombre de fonctionnaires. Nous avons abordé ce sujet au CESE, mais en n’oubliant pas de le relier à la question de fond : pourquoi a-t-on besoin de la fonction publique ? On ne peut pas dissocier les deux questions" explique Michel Badré, co-rapporteur au Conseil économique, social et environnemental de l’avis sur l’avenir de la fonction publique.

Le coût de la masse salariale des fonctionnaires pour l’Etat est donc devenu une question centrale. "On compte à peu près 5,5 millions de fonctionnaires dans les trois fonctions publiques confondues. Si l’on compte en moyenne 50 000 euros de charges salariales, on arrive à environ 250 milliards d’euros" rappelle-t-il.

Une augmentation de la fonction publique territoriale

On compte aujourd’hui plus de fonctionnaires aujourd’hui qu’hier. "La fonction publique Etat a diminué depuis l’année 2000, la fonction publique territoriale a augmenté, tout comme la fonction publique hospitalière" précise encore ce co-rapporteur du CESE, qui rappelle notamment que l’augmentation de la fonction publique territoriale répond à un besoin, du fait que les collectivités locales aient hérité de nouvelles compétences depuis une dizaine d’années.

Mardi, durant la manifestation, les syndicats ont demandé à l’Etat davantage de moyens. "C’est assez curieux. Il y a un jugement très ambivalent. Quand on enquête auprès de l’ensemble des Français, ils manifestent une forme d’agacement vis-à-vis de la fonction publique, mais quand on leur demande ce qu’ils pensent par exemple de la police, ou des hospitaliers, ils en ont une bonne image" détaille Michel Badré, qui pointe tout de même du doigt le réflexe systématique des candidats à la présidentielle de vouloir résoudre le problème des fonctionnaires par une réduction des effectifs.

 

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque matin, Stéphanie Gallet reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

François Ballarin