Quel regard porte l'Eglise sur le projet de Loi Santé ?

1 avril 2015 Par

Les députés poursuivent l’examen du projet de loi santé. Outre les questions médicales, le texte traite aussi de sujets sociétaux dont certains interpellent l’Eglise catholique.

Les évêques ont publié mercredi après-midi un communiqué qui entend attirer l’attention du législateur sur quatre mesures proposées. Il s’agit de la suppression du délai de réflexion de sept jours avant une IVG, de l’autorisation automatique de prélèvement d’organes faute d’indication contraire, de l’extension de l’expérimentation des salles de consommation de drogue et enfin la facilitation de l’accès à la contraception d’urgence pour les mineurs.
Quatre points qui représentent pour les évêques une menace pour la juste compréhension de la personne humaine. Vincent Neymon, directeur de la communication de la Conférence Episcopale de France a accordé un entretien à Christian Vadon. Il répond à cette première question : en quoi ces quatre mesures représentent un recul pour la dignité humaine ?


Le communiqué de la Conférence épiscopale de France est à lire ici