Quelle est la nouvelle stratégie du groupe Etat Islamique?

Présentée par Stéphanie Gallet

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

lundi 20 février à 7h50

Durée émission : 15 min

Quelle est la nouvelle stratégie du groupe Etat Islamique?

Attaqué dans ses fiefs de Mossoul et Raqqa, le groupe Etat islamique perd du terrain sur le plan militaire. Il continue cependant à commettre des attentats à travers le monde.

Face à cette situation, de nombreux cadres de l’organisation terroriste ont commencé à fuir Raqqa devant l’avancée de l’alliance arabo-kurde soutenue par la coalition internationale. C’est ce qu’a annoncé vendredi dernier le Pentagone américain.

 

Un tournant pour Daech

Daech semble changer de stratégie. "C’est un tournant pour Daech, dont on va en ressentir les effets assez rapidement. A partir du moment où l’on a un centre de gravité d’une idéologie qui est attaqué, c’est en périphérique que l’on ressent les effets en premier lieu. On sait très bien que dans le cadre de l’EI, ce sont les cadres qui donnent des renseignements, les initiatives à prendre" explique Amélie Chelly, docteure en sociologie religieuse et politique et spécialiste du groupe Etat Islamique. Se pose la question de l’exil des cadres de Daech. Pour cette spécialiste, ils pourraient tout à fait fuir en Libye, un pays totalement déstabilisé depuis la chute de Kadhafi, et la montée de l’Etat islamique.

Quant à la stratégie de Daech, celle d’affecter l’Occident par plus d’attentats, en réponse à la perte de terrain que le groupe subit en Irak et en Syrie, Amélie Chelly explique que "Daech a eu l’intelligence que n’a pas eu Al-Qaïda à l’époque, c’est-à-dire qu’ils vont assurer leurs arrières. Assez régulièrement, lorsqu’une femme est convaincue par le discours de Daech, elle se marie, souvent par écran interposé, avant de partir en Syrie. Cela fait quelques temps que l’on observe que l’inverse se produit. C’est le jihadiste de Syrie qui vient ici".

 

Une déradicalisation au cas par cas

Concernant la radicalisation, Amélie Chelly rappelle que l’on ne peut pas se radicaliser uniquement avec l’aide d’Internet, seul, dans sa chambre. Il y a toujours autre chose. "Un rapport parle de la propagande francophone de Daech, et explique très bien ce phénomène. On ne peut pas se passer d’Internet, mais Internet n’a jamais été une raison suffisante. Il faut toujours un réseau" précise encore la spécialiste.

Face à cela, les autorités sont toujours dans le tâtonnement, dans le balbutiement. "On sait qu’il y a deux grandes méthodes de déradicalisation, à savoir le centre de Dounia Bouzar, ou le fait de faire appel à des théologiens musulmans. Deux solutions qui ne marchent pas pour tout le monde. Nous essayons d’expliquer qu’il n’existe pas de méthode mécanique, mais qu’il faut rentrer dans un cas par cas", conclut Amélie Chelly.

 

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque matin, Stéphanie Gallet reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.