Rapprochement avec Rome: pour Mgr Ricard, la Fraternité Saint-Pie X va devoir faire un choix

Présentée par Christian Vadon

S'abonner à l'émission

Le choix de la rédaction

vendredi 6 octobre à 6h32

Durée émission : 3 min

Le choix de la rédaction

© Corinne SIMON CIRIC

Le cardinal Jean-Pierre Ricard, archevêque de Bordeaux, revient sur la lettre adressée au pape François par plusieurs personnalités des milieux traditionalistes.

Le 23 septembre dernier, une soixantaine de prêtres et d’universitaires catholiques proches des milieux traditionnalistes ont rendu publique une lettre qu’ils avaient adressée au pape courant juillet, restée sans réponse selon eux.

Plusieurs gestes de rapprochement vers la Fraternité Saint-Pie X

Et l’on peut comprendre pourquoi étant donné la teneur de la lettre et de son ton particulièrement virulent. Ce document se veut "une correction filiale" quant à son exhortation apostolique "Amoris Laetitia" et à ses positions sur les divorcés-remariés.
Les 62 signataires n’hésitent pas à accuser le pape de "propager des hérésies" dans ce texte, mais aussi à travers ses paroles, ses actions et ses omissions. Ils vont même plus loin en menaçant le souverain pontife: les fidèles pourraient être "amenés à remettre en doute de la validité de la renonciation pontificale du pape émérite Benoît XVI". Même si dans la liste des signataires ne figure aucun haut responsable de l’Église catholique.

En revanche, figure bien Mgr Bernard Fellay, le responsable de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X (FSSPX). Un dossier particulièrement suivi depuis 2002 par le cardinal archevêque de Bordeaux Mgr Jean-Pierre Ricard en tant que membre de la commission pontificale Ecclesia Dei puis de la congrégation pour la doctrine de la foi.

Mgr Ricard a accordé un entretien à Thomas Cauchebrais, de RCF Vendée. Il rappelle tout d’abord les gestes de rapprochement réalisés ces dernières années par les papes Benoît XVI et François envers la Fraternité Saint-Pie X. "J’ai vu tous les efforts que le pape Benoît XVI a fait pour essayer d’accueillir le plus possible la Fraternité. Le point qui avait achoppé à ce moment-là n’était pas la liturgie puisque dans l’Église, vous avez un certain nombre de communautés qui célèbrent aussi selon ce rite. Ce qui a fait achopper, c’était la reconnaissance de l’autorité du concile Vatican II", explique-t-il.

Une Fraternité Saint-Pie X divisée sur le rapprochement avec Rome

"Depuis, le pape François a fait des gestes unilatéraux même s’il n’y avait pas forcément de réponse. Et je crois qu’un certain nombre de prêtres de la Fraternité y ont été sensibles. Le premier geste a été durant l’année de la Miséricorde de dire que les prêtres de la Fraternité pouvaient donner l’absolution, ce qui reconnaissait donc leur sacerdoce. Le second geste a été d’accueillir des prêtres de la Fraternité au cours de célébrations des mariages", ajoute Mgr Ricard.

Depuis ces gestes du pape, on ne peut pas dire que la Fraternité Saint-Pie X marque beaucoup d’empressement à avancer sur le chemin de communion. Pour Mgr Ricard, elle va pourtant devoir rapidement faire des choix. "Je sens qu’il y a débat au sein de la Fraternité. Tout le monde n’est pas d’accord. J’ai rencontré un certain nombre de prêtres de la Fraternité qui souhaiteraient vraiment un accord avec Rome. D’autres, pas du tout. Et puis la personnalité du pape François est ressentie de façon ambivalente. Certains de ses gestes et de ses paroles irritent un certain nombre de membres qui restent sur la réserve. C’est maintenant aux responsables, et notamment Mgr Fellay, de dire ce qu’ils souhaitent. Ils vont avoir l’an prochain un grand chapitre qui orientera l’avenir. Ce sera un moment décisif pour savoir s’ils renouent avec la communion, ou s’ils prennent l’autoroute" précise encore l’archevêque de Bordeaux.

Quoi qu’il en soit, cette lettre qui remet en cause l’orthodoxie doctrinale du Vatican est sans précédents dans l’histoire de l’Église. Curieusement, le Saint-Siège n’a pas réagi à cette accusation, préférant la considérer avec indifférence afin de ne pas lui donner plus d’importance qu’elle n’en a. Pour Mgr Ricard, "à Rome on ne donne pas trop d’importance à ces interpellations qui se veulent filiales, mais qui restent intransigeantes. Elles oublient quand même qu’il y a eu deux synodes qui ont réfléchi avec de nombreux évêques et théologiens. Cette lettre, c’est un peu léger".

 

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 06h32 et 08h03

Prendre le temps de s'arrêter sur un sujet marquant de l'actualité. Chaque jour, la rédaction nationale de RCF développe une actualité. 

Le présentateur

Christian Vadon

Journaliste à RCF depuis près de 25 ans, Christian a touché à tout: présentateur de journaux, auteur de reportages, réalisateur d’émissions, il a même commis des magazines pour les enfants et pour les femmes ! Humble coureur de trail, il aime développer sur la durée sa passion d’une information qui fasse sens, d’où sa longévité à RCF.