A Raqqa, les Kurdes veulent s'imposer comme l'acteur principal

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

mardi 8 novembre 2016 à 7h50

Durée émission : 15 min

Le Grand Invité

© DELIL SOULEIMAN AFP

L'offensive de Raqqa, capitale autoproclamée du groupe Etat Islamique, a été lancée dimanche par la force arabo-kurde soutenue par les Etats-Unis. dimanche 6 novembre dernier.

En Syrie, l’offensive de Raqqa, la capitale du groupe autoproclamé Etat islamique a été lancée dimanche par les forces arabo-kurdes soutenues par les Etats-Unis. Les forces démocratiques syriennes sont parvenues à reprendre plusieurs villages aux abords de la ville et assurent s’être emparées également de beaucoup d’armes, en tuant de nombreux jihadistes.

Le lancement de cette offensive, mise en parallèle avec celle menée depuis quatre semaines sur Mossoul, n’est pas un hasard du calendrier. "Il faut mettre beaucoup plus de pression militaire sur Daech, dont une partie des combattants circulait toujours entre la Syrie et l’Irak. Mais il y a aussi un choix politique de la part des forces kurdes de s’imposer comme acteur dans cette lutte-là en Syrie. Elles voulaient montrer à tout prix que c’était à elles de prendre Raqqa" explique Ziad Majed, politologue, et auteur de "Syrie, la révolution orpheline

Cela dit, les forces kurdes avancent, mais sont encore loin d’avoir repris la ville. "A eux seuls, les Kurdes n’ont pas les moyens. Ils doivent compter encore plus sur l’appui américain pour pouvoir progresser. De plus, Raqqa n’est pas un visage isolé. C’est une ville où cet Etat contrôle la situation depuis 2013. Il a bien préparé la bataille. Il a des milliers de combattants. Il a probablement une stratégie de snipers et de kamikazes. Et il a probablement piégé une bonne partie des bâtiments" ajoute Ziad Majed.

Se pose enfin la question des tensions avec la Turquie. Si les Turcs veulent prendre Raqqa, ils devront traverser le territoire contrôlé par les FDS. On imagine mal que ces derniers les laisseront passer. Un point qui complique encore plus l’hypothétique prise de Raqqa des mains de Daech. 

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque matin, Stéphanie Gallet reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

François Ballarin