"Redonner à Vincent Lambert sa dimension de personne"

Les évêques de Rhône-Alpes contre l'arrêt des soins de Vincent Lambert. Pierre-Yves Michel, évêque de Valence revient sur le texte publié par les neufs évêques rhônalpins.

La procédure collégiale du docteur Daniela Simon à propos d'un potentiel arrêt des soins de Vincent Lambert devrait rendre son verdict ce jeudi. C'est deux jours avant cette décision que les évêques rhônalpins ont décidé d'appuyer l'avis des parents du jeune tétraplégique depuis 2008, Viviane et Pierre Lambert, résidents de la Drôme. De l'autre côté, l’épouse, six des huit frères et sœurs et les trois médecins ayant accompagné Vincent Lambert souhaitent l’arrêt de son alimentation et hydratation comme le recommandent le Conseil d’Etat et le Cour Européenne des Droits de l’Homme. 

Dans un texte intitulé "Aujourd'hui le visage le plus fragile de notre société se prénomme Vincent", les évêques sont très clairs : un arrêt de l'alimentation et de l'hydratation artificielles de Vincent Lambert serait une violation "des principes majeurs, comme "Tu ne tueras pas" ou "nul ne peut décider de mettre fin à la vie d’autrui". Ils voient dans cet acte un renoncement au serment d'Hippocrate, texte qui garantit l'éthique et la morale des médecins.

Ils lancent un appel aux autorités politiques, juridiques et médicales et rappelent bien que "[leur] frère Vincent n'est pas en fin de vie, et [que] plusieurs établissements spécialisés se sont déclarés prêts à le recevoir".

Ecoutez Mgr Pierre-Yves Michel, évêque de Valence, expliciter le message des évêques rhônalpins.


Le texte intégral est à retrouver sur le site du diocèse de Lyon