Réforme des retraites: qu’en dit la doctrine sociale de l’Église?

12 décembre 2019 Par

La réforme des retraites déchaîne les passions. D’autant plus depuis le lancement de la grève interprofessionnelle, jeudi dernier. Mais qu’en dit la doctrine sociale de l’Église ?

Analyser la réforme à l'aune de l'enseignement de l'Eglise

La doctrine sociale a beau ne pas être un manuel de survie dans la société pour catholique, elle permet, si l’on y regarde de plus près, de livrer quelques points d’attention afin d’envisager une question de société à l’aune de l’Évangile. Plusieurs grands principes y sont ainsi énoncés, et permettent de se poser les bonnes questions. Et l’actuel sujet de la réforme des retraites ne fait pas exception à cela.

Bien commun, Solidarité, Justice, Option préférentielle pour les pauvres, Familles, Contribution de chacun à la hauteur de ses moyens, sont autant de thématiques auxquelles on peut confronter la réforme des retraites. Depuis mercredi 11 décembre, et grâce à l’allocution du Premier ministre, on en connaît désormais les grandes lignes principales. Dès lors, il est possible de s’interroger : la réforme des retraites permet-elle de satisfaire toutes les thématiques évoquées précédemment ?
 

Participation de chacun et enjeu familial

Sur l’aspect du calcul de la pension par points par exemple. La doctrine sociale de l’Eglise recommande une participation de tous à la vie politique et économique. Qui va fixer la valeur du point ? Actuellement, les régimes de retraite sont gérés par les partenaires sociaux, le patronat et les syndicats. On voit bien que la doctrine sociale nous interroge sur l’enjeu du mode de gouvernance.

Autre point qui inquiète l’opinion publique, la famille. "Le bien de la famille est déterminant pour l’avenir du monde" écrit le pape François dans Amoris Laetitia. Cette réforme des retraites prend-elle suffisamment en compte les réalités familiales multiples de France ? Uniformiser un système de retraite permet-il de tenir compte de toutes ces réalités ? Quid des femmes qui travaillent tout en gérant une vie de famille, et des enfants ? Qui des pensions de réversions en cas de décès d’un conjoint ? Ce qui amène à l’éminente question de la justice, et de l’équité.
 

Justice et solidarité

Le catéchisme de l’Eglise catholique rappelle que la justice "consiste dans la constante et ferme volonté de donner à Dieu et au prochain ce qui leur est dû". Actuellement, le système de retraite verse une pension en fonction du montant des cotisations d’un travailleur. Si l’on suit la logique de la doctrine sociale de l’Eglise, il serait plus juste de verser une pension en fonction du besoin d’une personne, et non pas en fonction de sa contribution.

Pour boucler ce tour d’horizon, il convient enfin d’évoquer la solidarité, et donc l’option préférentielle pour les pauvres. Deux sujets que l’on retrouve dans Sollicitudo rei Socialis de Jean-paul II, et Evangelii gaudium du pape François. Solidarité entre les générations, retraite qui permette une vie digne sont autant d’éléments qui garantiraient une réforme des retraites digne de ce nom.
 

Père Grégoire Catta, directeur du Service national famille et société à la CEF, au micro d'Etienne Pépin:

00:00

00:00