Rencontre avec la lyonnaise Julia Jean-Baptiste

Présentée par

S'abonner à l'émission

M comme Midi - L'invité

mardi 2 mars à 11h02

Durée émission : 10 min

Rencontre avec la lyonnaise Julia Jean-Baptiste

© Julia Jean-Baptiste

La chanteuse lyonnaise Julia Jean-Baptiste sort un nouveau single le 3 mars avant un nouvel EP prévu pour septembre 2021.

Cette émission est archivée. Pour l'écouter, inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous directement si possédez déjà un compte RCF.

Le nouveau single de Julia Jean-Baptiste s'appelle "faux amours" et nous entraîne dans des contrées lointaines, sous influence des rythmes du Brésil et de la bossa nova.
Mais ce morceau qu'elle décrit comme instrospectif et intime, nous parle aussi de sa personnalité et de ses contradictions.

Julia Jean-Baptiste a grandi à Lyon, dans le quartier de la Croix Rousse qui est cher à son coeur, et c'est là qu'elle y a commencé la guitare à 14 ans. Elle a ensuite développé ses talents de chanteuse à Paris, en intégrant notamment le groupe Pendentif.

Elle aime s'associer dans la création avec des amis, des proches, pour la musique et les arrangements. Ses chansons sont riches de toutes ses rencontres et des personnes qui l'entourent depuis deux ans.
Elle se nourrit de la diversité, du mélange des genres et des cultures, elle qui a été élevée par un père d'origine martiniquaise et une mère lyonnaise.

Son EP sera disponible en septembre, il s'annonce dans la même lignée que le single. Un album qu'elle décrit comme "solaire", tout en parlant de sujets intimes et parfois difficiles.
 

Invités

  • Julia Jean-Baptiste, Artiste

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours à 11h

Chaque jour, Marie Leynaud reçoit ceux qui font bouger la région lyonnaise et qui cherchent à rendre notre quotidien meilleur.

Le présentateur

Marie Leynaud

Diplômée de l’école de journalisme ISCPA Lyon en 2013, elle assure depuis un an les remplacements au journal local de RCF Lyon, et travaille également pour la chaîne TLM.  Attachée à la vie provinciale et particulièrement aux « Lyonnaiseries », son métier lui permet d’être toujours plus proche de celles et ceux qui font vivre le patrimoine.