Rentrée politique: le compte à rebours pour la présidentielle a commencé

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Temps de le dire

mercredi 13 janvier 2016 à 9h03

Durée émission : 55 min

Le Temps de le dire

© JEAN-PIERRE MULLER / AFP - Alain Juppé et Nicolas Sarkozy le 22 november 2014 à Bordeaux

Hier, les débats ont repris à l'Assemblée nationale. A 18 mois des présidentielles, les politiques ont-ils pris la mesure des attentes des Français? On en parle avec Stéphanie Gallet.

Les débats ont repris hier mardi 12 janvier 2016 à l'Assemblée nationales avec la séance de questions au gouvernement. Et en ce début d'année 2016, les attentes sont fortes du côté des associations: que le gouvernement prenne vraiment au sérieux l'état d'urgence sociale dans lequel se trouve une partie de la population. "On ne voit pas de réponse à la hauteur des attentes en matière économique et sociale, ce qui est assez dramatique", pour François Ernenwein.

Après une semaine de galettes et de présentation des voeux, le compte à rebours pour la présidentielle semble bien avoir commencé. Et si les mesures prises au lendemain des attentats ont pu jouer en faveur de François Hollande, l'importance donnée aux commémorations fait débat. "Au moment des commémorations on a vu la vonlonté de prendre en compte l'ampleur de la menace", observe François Ernenwein, qui constate "un relatif consensus des forces politiques en France". Consensus dont on peut se réjouir. Force est de constater cependant, sur les réseaux sociaux par exemple, une certaine lassitude: en a-t-on trop fait? Pour Michel Urvoy, si "les commémorations ont été nécessaires, les Français ont le sentiment d'une utilisation des drames, d'une précipitation et d'une préservaiton un peu artificielle de l'esprit du 11 janvier ou de l'unité nationale".  L'éditorialiste de souligner: "Pour répondre aux attentes politiques des Français, il ne faut pas être à la hauteur uniquement au moment des dames". De la même façon, Frédérick Casadesus questionne "'importance de la commémoration par la rapport à la pertinence de l'action politique intérieure".

Montée du FN, forts taux d'abstention... Les hommes et les femmes politiques ont-ils compris les aspirations des Français après les résultats des régionales? Avec des taux moyen de participation aux élections de 50 à 60%, on peut conclure avec Michel Urvoy à un "problème de représentativité". Une question de fond récurrente mais qui a de quoi inquiéter. Si "15% des Français qui soutiennent un vainqueur, comment voulez-vous qu'une démocratie fonctionne quand on se retrouve si peu dans ceux qui ont été choisis?", précise le journaliste de Ouest France. La vie politique française semble susciter de fortes attentes mais bien peu d'espoirs. "Quand on observe la réaction de Jean-Christophe Cambadélis et de Jean-Luc Mélenchon aux propositions d'organisation de primaires à gauche, on comprend que c'est la logique de camp, de clans, qui va l'emporter ; ce décloisement attendu par un grande nombre de nos concitoyens n'aura pas lieu avant 2017" selon Frédérick Casadesus.

Invités

  • Michel Urvoy , directeur de la rédaction parisienne de Ouest France, éditorialiste politique, auteur du blog Politiquement chaud - @MichelUrvoy

  • François Ernenwein , rédacteur en chef au quotidien La Croix - @ernenwein

  • Frédérick Casadesus , journaliste à l'hebdomadaire Réforme

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours du lundi au vendredi, à partir du lundi 4 septembre 2017

La grande émission interactive pour aborder tous les sujets de société, qui font l'actualité. Antoine Bellier reçoit ses invités pour réfléchir, approfondir, apprendre et donner du sens à tous les sujets du moment. Posez vos questions ou témoignez en direct pendant l’émission 04 72 38 20 23 ou par mail à l'adresse letempsdeledire[arobase]rcf.fr.

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.