"Rien ne peut légitimer la barbarie" pour l'évêque de Nice

15 juillet 2016 Par

Quelques heures après l’attaque terrible de Nice, causant la mort de plusieurs dizaines de personnes, Mgr André Marceau a réagi sur RCF.

Au lendemain de l’attaque commise jeudi soir, sur la Promenade des Anglais, à Nice, Mgr André Marceau, évêque de la ville, a réagi sur RCF, et a notamment appelé à la paix et à la consolation, malgré l’horreur des événements. "Ce n’est pas la première fois que le département fait l’objet de la violence. Le département est sous le choc. Les messages que je reçois vont dans ce sens. C’est l’horreur qui prévaut, l’irrationnel, la violence. C’est terrible" a-t-il notamment déclaré.

L’évêque du diocèse de Nice rappelle cependant qu’il est important de dépasser cela. "Soyons de plus en plus solidaires entre nous. Entendons une parole qui peut, au-delà de ce qui fait souffrir aujourd’hui, ne pas nous laisser nous emporter" explique Mgr André Marceau.

Ce dernier ajoute que "beaucoup de personnes vont être profondément touchées, traumatisées. Que ce soit des proches des victimes, et tout le personnel sur place cette nuit. Il faut que nous gardions ce message de paix et de consolation dans notre cœur". "Je voudrais dire aux Niçois qu’ils ne sont pas seuls" conclut-il.

Le vicaire émérite du diocèse de Nice, Mgr Guy Terrancle, a également livré son témoignage au micro de RCF. "Devant un tel drame, nous nous sentons tellement impuissants. Notre Dieu est un Dieu qui pleure et qui souffre avec nous. Au milieu de la pauvreté des mots, puisse l’Amour, malgré tout, être le plus fort" a déclaré le vicaire général. "On vous aime", a-t-il conclu, visiblement très affecté par ces dramatiques événements.

Mgr Michel Dubost, évêque d’Evry, l’un des principaux acteurs ecclésiastiques, en France, du dialogue islamo-chrétien, a également réagi sur RCF. "Ma première réaction a été de prier pour les victimes. J’appelle tous les chrétiens à en faire autant" a-t-il notamment déclaré, ajoutant qu’il faut également "penser aux forces de l’ordre et au personnel de la santé. Parmi eux, il y a des personnes de toutes les confessions et qui se dévouent jusqu’au bout."