Sepp Blatter, à peine réélu, déjà démissionnaire !

Rebondissement inattendu dans l’affaire de corruption qui touche la FIFA. Quatre jours après sa réélection, Sepp Blatter a annoncé mardi soir sa démission.

La mine grave et la voix peu assurée, le président de la Fédération internationale de Football a fait part de sa décision lors d’une courte conférence de presse. Il a expliqué avoir pris conscience de l’absence de soutien du milieu du football, supporters, joueurs et clubs. Une justification qui ne convainc pas grand monde. Sa démission intervient quelques heures seulement après de nouvelles révélations. Selon, le New York Times, le secrétaire générale de la Fifa, bras droit de Sepp Blatter, le français Jérôme Valcke, aurait transféré 10 millions de dollars sur des comptes gérés par l'ancien vice-président de l'organisation Jack Warner. Il est l’une des 14 personnes interpellées mercredi dernier à Zurich par la police suisse à la demande du FBI.

Les médias américains croient savoir que Sepp Blatter est lui-même visé par une enquête fédérale.
Citant une source judiciaire, la chaîne ABC indique, qu’au moment où tout le monde est en train d'essayer de sauver sa peau, il y a sûrement une course à celui qui retournera sa veste le premier. Les enquêteurs espèrent en effet obtenir lors de leurs interrogatoires, la coopération de certains des responsables de la Fifa inculpés pour corruption et de pots-de-vin afin de resserrer l'étau autour de Sepp Blatter. Jusqu'à lundi, le président de la Fifa pensait encore pouvoir passer entre les gouttes comme il l’a déjà fait à de multiples reprises depuis 1998.

En 24H, la donne a donc radicalement changé.
Sepp Blatter a précisé qu’il comptait rester à la tête du comité exécutif de la Fifa jusqu’au congrès extraordinaire qui élira son successeur entre décembre et mars prochain.  Il a ajouté qu’il engagerait les restructurations nécessaires pour re-crédibiliser l’institution. Encore faudra-t-il que les Justices américaine et suisse lui en laissent la possibilité.

Beaucoup de réactions après cette démission.
En premier lieu celle de Michel Platini. « C’était une décision difficile, une décision courageuse, et la bonne décision » a déclaré le président de l’UEFA. Beaucoup attendent à présent que l’ancien n°10 de la Juve et de l’Equipe de France annonce sa candidature. Reste, que celui qu’il a soutenu vendredi dernier, le prince Jordanien Ali, et qui avait obtenu 73 voix, s’est d’ores et déjà déclaré. C’est aussi le cas de David Ginola. Luis Figo a lui rappelé qu’il serait disponible, si on faisait appel à lui.