Choc de simplification, acte 3 !

Un nouveau dispositif deux ans après les premières mesures destinées à lever les freins administratifs qui grèvent la croissance et compliquent la vie quotidienne des usagers et entreprises.

Thierry Mandon secrétaire d'Etat à la Réforme de l'Etat, a présenté ce lundi un troisième train de mesures. 92 nouvelles en faveur des entreprises et des particuliers. Jusqu’ici, ce sont 3,3 milliards d’euros d'économies qui ont été réalisées. La somme devrait grimper jusqu'à 11 milliards d'ici la fin du quinquennat. La majorité des nouvelles mesures s'appuient sur la généralisation de la dématérialisation, c'est-à-dire l’usage du numérique et d'Internet dans les rapports entre les services publics et les usagers.
Une dizaine visent spécifiquement les personnes handicapées. Ainsi, une carte unique « mobilité inclusion » remplacera en 2017 les cartes de stationnement et de priorité dans les transports et lieux publics. De même, pour les invalides à plus de 50%, l'aide sera attribuée pour cinq et non plus deux ans.
Patrice Tripoteau, directeur général adjoint de l’APF , se félicite de ces mesures même s’il estime qu’on pourrait aller plus loin.


Ce mardi, le Sénat examine le Projet de loi ratifiant l'ordonnance de septembre 2014 relative à la mise en accessibilité des établissements ou transports recevant du public. Le texte prolonge en fait le délai de mise en conformité de ces lieux avec la loi de 2005. De très nombreuses municipalités ou organismes publics, faute de moyens ou de volonté, trainent des pieds pour appliquer la loi. Et cette ordonnance qui assouplit la loi initiale, est combattue par les associations, APF en tête.
Son directeur général adjoint, Patrice Tripoteau, explique pourquoi.