Cosmodrome : une visite de l'univers, les pieds sur Terre

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le reportage du jour en Auvergne Rhône-Alpes

jeudi 19 avril à 18h20

Durée émission : 5 min

Cosmodrome : une visite de l'univers, les pieds sur Terre

© 2018 Corentin Dubois - Cosmodrôme

L’observatoire CosmoDrôme, dans l’extrême sud-est de la Drôme, propose d’avril à novembre, un voyage dans les étoiles, les pieds sur Terre.

Le voyage commence sur Terre, dans l’extrême Sud-Est de la Drôme. Passé Montbrun-les-bains et sa cure thermale, la commune de Barret-de-Lioure, dix kilomètres plus loin, accueille 86 habitants et un observatoire : le CosmoDrôme. Mais il faut s’aventurer encore un peu, loin de la pollution lumineuse, pour atteindre la montagne de Bergiès et les deux coupoles de l’observatoire.

A 1 367 mètres d’altitude et une vue à 360°, le panorama est exceptionnel. Des montagnes à perte de vue. « Quand je cherchais un site pour construire mon observatoire, pour moi, l’absolu c’était le nid d’aigle et je l’ai trouvé », confie Denis Correcher, astronome et gérant de l’observatoire.

cosmodrome3.jpg

L’astronomie est sa passion. Après un licenciement économique en 2004 d’un poste de technicien de maintenance en électronique, il se lance pleinement dans sa passion : l’astronomie. Il se rappelle : « J’avais ce projet en tête.  Un jour, je me suis dit : je vais construire un observatoire privé et le rendre accessible au public pour enseigner l’astronomie ». Quelques années plus tard, avec l’aide de sa famille, ses amis et de la mairie de Barret-de-Lioure, le projet voit le jour.
 

« L’œil qui voit et le cerveau qui sait »

A cinq pas de là, le Mont Ventoux enneigé et son antenne météorologique apparaissent au travers d’un nuage.  Le soleil tombant, étoiles, et voie lactée se montrent. Le ciel se transforme et se sublime avec les explications de Denis Correcher et Guillaume Abrard. « L’œil qui voit et le cerveau qui sait ». Le gérant de l’observatoire aime rappeler cette phrase de l’astrophysicien et vulgarisateur Hubert Reeves. « A partir du moment où l’on comprend ce qu’on observe, la nature des éléments et a quelle distance ils se trouvent, cela fait tourner la tête, on se met réellement à rêver », confie, sourire aux lèvres, Denis Correcher.

Grâce à du matériel scientifique et perfectionné, les deux compères astronomes proposent un voyage initiatique au plus profond de l’univers. Avec le télescope T356, acheté dans le commerce et le T406, fabriqué par Denis Correcher, il est possible de voir des objets très éloignés comme d’autres galaxies. Un nouvel outil permet aussi l’observation de notre étoile, le soleil. « C’est l’objet du ciel le plus spectaculaire à observer car son activité évolue constamment. On peut voir à travers cet appareil, les fameuses protubérances, des éjections de plasma à  la surface du soleil », explique l’astronome.

cosmodrome_1.jpg

L’observatoire ouvre d’avril à novembre. Sa fermeture de quelques mois s’explique par la neige et la glace présentes durant les mois d’hiver.

Il faut compter entre 12 et 15 euros pour les activités proposées par ces deux astronomes passionnés et experts. Durant la nuit des étoiles, début août, le tarif sera de 5 euros et il sera gratuit durant le jour de la nuit qui aura lieu en octobre. Tout est gratuit pour les enfants.

 

Les dernières émissions

L'émission

Les mardi et jeudi à 11h02

Chaque jour, une radio locale de la région Auvergne-Rhône-Alpes vous a proposé un reportage pour plonger dans une réalité locale. Retrouvez cet été les productions Ardéchoises et Drômoises Mardi : Trésors sacrés Jeudi : Tourisme

Le présentateur

Corentin Dubois