Dimanche, notre vote dessinera le visage de l'Europe

Présentée par Emmanuel Morucci

S'abonner à l'émission

Chronique Européenne

jeudi 20 avril à 8h10

Durée émission : 5 min

Chronique Européenne

À quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle, l’Europe s’invite dans les débats. Il était temps, après des années ou elle fut évitée, voire même rejetée. Et ce n’est qu’une première étape, car il y aura dans les semaines qui vont suivre le second tour les élections des députés nationaux. Président de la République et parlementaires décideront de la politique de la France et de l’avenir de l’Europe.  Ils devront respecter notre choix de citoyens. C’est bien nous tous, en effet, électeurs qui allons faire de l’Union européenne ce qu’elle sera demain. Ce qui parait urgent, c’est bien de se poser la question du sens en politique. L’Europe peut être un questionnement de sens qui oblige à bien s’informer. Que voulons-nous vraiment pour cette Europe qui n’en est qu’à mi-chemin de sa finalisation ?

Beaucoup, comme moi, pensent que le projet européen, la poursuite de la construction européenne sont essentiels. Dans ce monde qui change, il est important de retrouver le sens profond de cette idée originale dans le monde. Celle qui garantit aux Européens la paix, la solidarité, la tolérance, la démocratie, la justice et la citoyenneté. Une citoyenneté qui doit ranimer l’Europe et l’activer, panser ses blessures subies ces dernières années et dont les peuples, depuis le Brexit, prennent (enfin) conscience. C’est une nécessité en effet de retrouver le débat démocratique européen afin de lui éviter la dérive et la consolider. L’UE doit retrouver notre confiance et, en ce sens, ne peut être une Europe à la carte ou à plusieurs vitesses. Elle doit approfondir sans chercher à restructurer ses institutions mais en les rendant plus fortes et plus solides. L’Europe doit se faire pour ses citoyens et, aussi, peser dans le monde.

Plusieurs d’entre vous m’ont fait part de leur difficulté à saisir la nuance qui existe entre les trois candidats à la présidentielle qui se déclarent européens. Voici une piste pour aider à l’analyse des programmes :

  • monsieur Fillon est pour une Europe des nations ;
  • monsieur Hamon est pour une Europe intergouvernementale ;
  • monsieur Macron est est pour une Europe plus intégrée.

Trois formes possibles pour la construction européenne si l’on excepte les candidats qui veulent eux sortir de l’ Union, de l’Euro et de tous les traités comme par exemple Eurtom. Verdict la semaine prochaine.

Les dernières émissions

L'émission

Billet hebdomadaire de Emmanuel Morucci, membre du team Europe France, consacré à l'actualité européenne, en partenariat avec la Maison de l'Europe CIED Bretagne Ouest.

Le présentateur

Emmanuel Morucci