La Nuit du Handicap: fêter la différence

Samedi 15 juin, dans 24 villes de France, la Nuit du handicap invite à la rencontre, au-delà des différences, pour faire la fête. Un événement dont RCF est partenaire.

Revivez la Nuit du handicap à Strasbourg

Revivez la Nuit du handicap à Strasbourg

Ce samedi 15 juin, dans 24 villes de France, la Nuit du handicap invite à la rencontre, au-delà des différences, pour faire la fête. Emission spéciale en direct de Strasbourg de 19h à 20h.

LA NUIT DU HANDICAP - Samedi 15 juin, dans 24 villes de France, la Nuit du handicap invite à la rencontre, au-delà des différences, pour faire la fête. Un événement dont RCF est partenaire.
> Voir le dossier de RCF

 

Pour la Nuit du handicap, RCF a choisi de s'installer à Strasbourg, où l'événement a lieu place Gutenberg de 17h à 22h30. Au programme : de la musique, de la danse, du théâtre, un pique-nique et surtout beaucoup de joie et de rencontres.

Laetitia Forgeot d'Arc et Anne Kerléo animent une émission en direct, avec de nombreux invités, parmi lesquels les organistaurs strasbourgeois de la Nuit du handicap, des responsables de structures d'accueil de personnes porteuses de handicaps et des personnes avec ou sans handicap venues pour chanter, danser, jouer.

À 19h30, c'est le grand "happening" national, un moment où les 24 villes participantes de la Nuit du handicap vibrent à l'unisson, une surprise à découvrir en écoutant l'émission !

 

> Cliquez ici pour voir les photos de l'événement sur la page Facebook RCF Radio

 

Quelle inclusion des personnes handicapées en France ?

Le Temps de le dire

A quelques jours de la "Nuit du handicap", nous nous penchons sur la manière dont les personnes handicapées sont intégrées, notamment dans les milieux scolaire ou professionnel.

"La rencontre est une fête", c'est le thème de la deuxième édition de la Nuit du handicap, dont RCF est partenaire, et qui se déroulera samedi 15 juin dans 24 villes en France. Un événement placé sous le haut patronage de la secrétaire d'État auprès du Premier ministre, chargée des Personnes handicapées. L'occasion d'aborder la question de l'inclusion des personnes handicapées : au sein du système scolaire ou dans la vie professionnelle, comment est-on accueilli quand on est porteur d'un handicap ? Quelles sont les difficultés que l'on rencontre ?

 

 

Tous concernés par le handicap

Nous sommes tous, plus ou moins, nous ou nos proches, concernés par le handicap : qu’il soit physique ou mental, sous des formes variées, parfois invisibles. Depuis quelques années, aussi bien du côté des pouvoirs publics que des associations, il semble que ce qu’on appelle l’inclusion des personnes handicapées est devenu une préoccupation centrale.

À l’école, au travail, dans le sport, dans les transports, le handicap semble davantage pris en compte. Mais pour autant, beaucoup reste encore à faire afin de renforcer les dispositifs existants et continuer, en même temps, une action de fond sur les représentations.
 

Handicap et projet de société

L'enjeu, ce n’est rien de moins que de continuer à bâtir une société dans laquelle chacun, quelles que soient ses fragilités peut avoir sa place, non pas une place à la marge mais indispensable, irremplaçable. Pour cela, il est nécessaire de se délester de ses a priori pour faire le pari de la rencontre. Comme nous y invite en effet la nouvelle édition de la Nuit du handicap, la rencontre, s’il elle est authentique, est une fête.

 

La 2ème édition de la Nuit du Handicap

La 2ème édition de la Nuit du Handicap

Au menu: • Newsletter Prixm / Hallelujah • Interview / La Nuit du Handicap, en partenariat avec RCF • Bonne idée / Une appli solidaire pour lutter contre les violences faites aux femmes

Marin Gillier, responsable national de la Nuit du Handicap et Marie-Caroline Selle, responsable de l'évenement à Villeneuve-sur-Lot, sont les deux invités de Melchior Gormand. 

Plus d'informations : https://www.nuitduhandicap.fr/

La Nuit du handicap

La Nuit du handicap

La Nuit du Handicap ou la Nuit des personnes différentes qui se rencontrent dans la joie de se rencontrer ! Venez nombreux vous faire plaisir et leur faire plaisir !

Patrick a été victime innocente d'un accident de la route qui lui a valu de se déplacer maintenant en fauteuil roulant.
D'un abord chaleureux et heureux de vivre malgré tout il nous invite à une fête ordinaire le 15 juin prochain où danses, stands, fête se mêleront pour la joie des petits et des grands !

Aude, animatrice en pastorale des personnes handicapées, a mis tout son coeur à la préparation de cette journée...

Nesrina, d'origine Libanaise et de culte maronite, est à l'origine de la bénédiction des personnes présentes le 15 juin avec l'huile de St Charbel...Cette huile est réputée au Liban pour les grâces qui sont données à travers ce sacramental.

Marie Pascale, maman d'un enfant handicapé, désire que ces personnes touchent aussi à la grâce du Dieu Vivant qui la fait vivre...

Bref ce sera sans doute un moment de fraternité gratuit et chaleureux...Alors venez vous aussi participer à la Fête !

La nuit du handicap

La nuit du handicap

Les personnes en situation de handicap ont beaucoup à nous apprendre et ont elles aussi des talents insoupsonnés.
C'est ce que vous allez pouvoir découvrir (ce samedi/aujourd'hui) Place Jean-Jaurès à Saint-Etienne à l'occasion de la Nuit du Handicap.
Jacques Brunon, est membre de l'équipe organisatrice.

  

Fabrice Payen: "le handicap peut être une opportunité"

Fabrice Payen: "le handicap peut être une opportunité"

La Nuit du Handicap se déroulera dans la nuit du samedi 15 juin prochain. Son objectif : sensibiliser le grand public à l’intégration des personnes handicapées.

 "S’engager, c’est porter un effort, des combats, contribuer à changer les mentalités, et à réduire des inégalités, faire évoluer les regards" explique Fabrice Payen, premier marin amputé d’une jambe à avoir pris le départ de la Route du Rhum, parrain de l’édition 2019 de La Nuit du Handicap. Pour comprendre son engagement, il faut remonter à l’été 2012, et à son accident.
 

"Un travail d'acceptation qui peut être long"

A cette période-là, Fabrice Payen est en Inde, il circule à moto et il est gravement percuté. S’en suivent alors quatre années de souffrance et de galère. "Je me retrouve sur le bord de la route au sens figuré. Je perds mon travail, ma vie sociale, je me retrouve à l’écart. C’est une traversé du désert" lance le skipper. S’en suit la décision de se faire amputer. "C’est quelque chose de réfléchi après un long parcours médical. C’était aussi une évidence pour moi, qui avait tout tenté pour aller mieux. Avec la technologie qui existe, c’était évident que je retrouverai encore de la mobilité" précise Fabrice Payen.

Il y a un avant et un après l’accident. Fabrice Payen est devenu handicapé. "J’ai le souvenir du jour où j’ai compris que j’étais handicapé : c’était quand le chirurgien m’a dit qu’il ne souhaitait pas intervenir sur ma jambe, devenu raide, comme un pirate. C’est là où l’on commence à comprendre qu’il y a un travail d’acceptation à faire, qui peut être long. Mais on n’est pas tout seul. J’ai eu la chance d’avoir des choses qui m’ont aidé dans ce parcours" précise le skipper.
 

"Il ne faut pas perdre espoir"

Un handicap qui lui aura quand même permis de réaliser un vieux rêve de marin : participer à la Route du Rhum. C’est ce que Fabrice Payen a fait, en 2018. "Le handicap peut être une opportunité. L’ironie ou le paradoxe de cette histoire c’est que le handicap m’a offert la possibilité d’être au départ de la Route du Rhum. Derrière, il y a un message d’espoir, de volonté" lance celui qui a dû monter le projet de cette course dans un temps très court, mais également gagner la confiance de son entourage, des entreprises partenaires, de la course, des autres marins…

"Les personnes handicapées sont des machines à s’adapter, car l’environnement n’est pas forcément prévu pour elles" précise Fabrice Payen, qui retient plusieurs choses de cette Route du Rhum, avortée au bout de quelques jours après que le mât de son bateau ne soit tombé. "Il ne faut pas perdre espoir, tout est possible. J’aime bien l’expression de Mark Twain : ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait".