Les métropoles barbares à l'épreuve de la pandémie

Présentée par

S'abonner à l'émission

Par la fenêtre

jeudi 23 avril à 12h02

Durée émission : 3 min

Les métropoles barbares à l'épreuve de la pandémie

© Alexander Kaunas via Unsplash

L'épidémie de coronavirus invite à repenser notre rapport aux métropoles.

Guillaume Faburel, chercheur du laboratoire Triangle, enseignant à l'université Lyon 2, est géographe. Pour lui, les métropoles ont joué un rôle non négligeable dans la diffusion de l'épidémie.

Plusieurs facteurs sont en cause : artificialisation des territoires, densité croissante, destruction des écosystèmes de certaines espèces... mais aussi augmentation des flux, toujours plus importants à l'échelle mondiale. 

Repenser notre rapport à l'espace

Les métropoles sont dites "barbares" à plusieurs titres pour Guillaume Faburel. Elles favorisent les inégalités sociales en excluant des groupes entiers, souvent les classes les plus populaires. Les environnements sont dégradés, on trouve peu de lieux de ressourcement. Enfin, les métropoles, par leur grandeur et leur grosseur institutionnelle, dépossèdent le citoyen de sa capacité d'action. 

Aussi, cette crise "pourrait accoucher d'une remise en cause de cette doctrine qui a prévalu durant les 40 dernières années", pour Guillaume Faburel, "de faire de la métropole une locomotive au détriment d'autres formes de manière de vivre"

"La métropolisation par l'arrachement de nature est une démesure du monde", dit-il enfin. "Et c'est le confinement qui, en nous imposant des limites, nous pose la question : quelles sont nos limites". 

Invités

  • Guillaume Faburel, Géographe, enseignant-chercheur

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi dans Restons chez vous !

Dans cette chronique, Alice Forges nous propose chaque jour de prendre de la hauteur au-dessus des toits de nos appartements et maisons.

Le présentateur

Alice Forges