Reconfinement: "C’est une épreuve qu’il faut préparer", selon Nicolas Franck

Présentée par PR-24354

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

jeudi 29 octobre à 8h10

Durée émission : 12 min

Reconfinement: "C’est une épreuve qu’il faut préparer", selon Nicolas Franck

© Clotilde Dumay

Psychiatre et chef de pôle au centre hospitalier du Vinatier à Lyon, Nicolas Franck partage certains conseils pour affronter le confinement et préserver notre bien-être mental.

Cette émission est archivée. Pour l'écouter, inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous directement si possédez déjà un compte RCF.

Le président de la République l’a confirmé mercredi soir : les Français vont à nouveau être confinés. A priori, les conditions seront plus souples. Les écoles, collèges et lycées resteront ouverts et le travail pourra continuer. Mais cela risque tout de même d’être difficile à vivre pour beaucoup. Nicolas Franck est psychiatre et chef de pôle au centre hospitalier du Vinatier à Lyon. Il livre des conseils pour mieux appréhender cette situation.

Être enfermé a des conséquences directes sur la santé mentale de chacun. "L’être humain n’est fait ni pour vivre enfermé ni pour vivre isolé donc c’est une épreuve, un stress pour lui", explique Nicolas Franck. Dans son livre "Covid-19 et détresse psychologique", il prend l’exemple des détenus qui subissent l’enfermement. "Ce qui est subi est toujours plus délétère pour l’être humain", complète-t-il.

Souvent, c’est aussi le lieu où l’on est confiné qui affecte le quotidien. Durant le printemps, celles et ceux qui sont restés dans de petits appartements ont pu le vivre très mal. Et c’est le cas notamment pour les jeunes étudiants, souvent précaires, qui vivent loin du domicile familial. "Plus la surface de l’habitation est petite, moins bon est le bien-être mental", assure Nicolas Franck.

L’importance de préserver le lien social

"Il faudra ne pas céder à l’isolement le plus radical", alerte le psychiatre qui appelle à la solidarité, encore plus particulièrement avec ceux qui vivent le confinement seuls. 

Lors de son étude menée au confinement du printemps, Nicolas Franck a pu mesurer que "les activités sociales protégeaient". "Il faut garder des liens avec ses proches et s’inscrire dans des activités qui sont constructives", affirme-t-il.

Continuer à faire du sport

Une autre variable est très importance pour la santé mentale : l’activité sportive. Pour "supporter l’adversité, elle est essentielle", explique Nicolas Franck, qui prend pour exemple dans son livre l’astronaute Thomas Pesquet "qui s’astreignait à deux heures de sport par jour à bord de la station spatiale internationale"

Le travail vecteur de lien social

Les Français sont de plus en plus incités à télétravailler. Mais ceux qui n’en ont pas la possibilité pourront se rendre sur leur lieu de travail. C’est important selon Nicolas Frank. "Le milieu professionnel est un lieu de socialisation et l’activité professionnelle confère un sentiment d’utilité qui est protecteur", affirme-t-il. Il faut veiller toutefois à ne pas mélanger temps de travail et temps personnel.

Faire attention aux signes avant-coureurs

Lorsqu’une personne de notre entourage est isolée, il faut se méfier qu’elle ne sombre pas dans la dépression sans qu’on le remarque. "Il faut dire aux parents d’être attentifs, de prendre des nouvelles et de dire aux enfants de revenir s’ils le souhaitent", explique Nicolas Franck.

Préparer son confinement

"Le confinement c’est comme toute épreuve il faut la préparer", assure le psychiatre. "C’est comme la retraite, si on ne la prépare pas, on va d’abord se croire en vacances puis décliner. Il faut se préparer une tâche de confinement", conclut-il, conseillant de trouver une activité collaborative et constructive.

Nicolas Franck lance une deuxième étude pour ce nouveau confinement. Vous pouvez y participer via ce lien.

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque matin, Simon Marty reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

Simon Marty

Simon Marty présente la Matinale RCF.