Affaire Preynat: la Parole Libérée reçue à Paris

7 juin 2016 Par

© DR - La Parole Libérée

Les trois fondateurs de l'association lyonnaise La Parole Libérée sont reçus au secrétariat de l'aide aux victimes pour évoquer la prescription des actes de pédophilie.

A quelques jours d'une décision judiciaire attendue concernant la prescription des faits reprochés au p. Preynat; les membres fondateurs de l'association lyonnaise La Parole Libérée étaient reçus mardi 7 juin 2016, par le Secrétariat d'aide aux victimes. Au programme de la rencontre avec la directrice de cabinet de Juliette Méadel: la prescription en matière de pédophilie.

A la sortie de son entretien Bertrand Virieux, un des trois fondateurs de l'association, se réjouit d'avoir été "entendu".

 

ALLONGEMENT DE LA PRESCRIPTION pour les actes pédophiles

C'est l'un des combats de l'association La Parole Libérée: aujourd'hui, un mineur victime d'agression sexuelle ou de viol peut déposer une plainte jusqu'à ses 38 ans, soit 20 ans après sa majorité. Pour un majeur, le délai de prescription est de 10 ans après les faits.
Dans l'affaire Preynat, pour certaines victimes présumées, le délai est dépassé de plusieurs années ou de quelques mois. Les faits sont donc prescrits pour la justice.

La Parole Libérée milite pour l'allongement de 10 ans du délai de prescription pour les agressions sexuelles commises sur des mineurs. Une pétition est d'ailleurs en ligne en ce sens. Elle recueillait plus de 115 000 signatures le 7 juin 2016.
 

>> [DOSSIER] Le diocèse de Lyon dans la tourmente