Lutter contre la précarité menstruelle

Présentée par UA-163492

S'abonner à l'émission

Je pense donc j'agis

mardi 18 mai à 10h00

Durée émission : 55 min

Lutter contre la précarité menstruelle

© Natracare on Unsplash

Longtemps taboue, la précarité menstruelle est au cœur des préoccupations politiques. Des associations se mobilisent pour permettre à chaque femme de se procurer des protections hygiéniques.

Sensibiliser pour lever le tabou

L’une des actions menée par l’association Règles Élémentaires est "la sensibilisation à travers des ateliers en public scolaire" explique Laura Pajot, responsable communication pour l'association. Les règles ont longtemps été taboues et elles le sont toujours dans beaucoup de familles. Laura Pajot raconte que lors des ateliers de sensibilisation, elle rencontre des jeunes qui n’ont pas de difficultés financières, mais qui n'osent pas demander des protections à leurs parents. Ces ateliers de sensibilisation ont été réalisés dans le dixième arrondissement de Paris, et se sont dépolyés dans toute la France. Laura Pajot affirme que ces moments de sensibilisation permettent de "mettre en évidence beaucoup de fausses croyances et de clichés". Les réseaux sociaux ont également participé à la libération de la parole à propos des menstruations et plus généralement du corps des femmes.
 

Agir pour les femmes précaires

L’association Règles Élémentaires base également son action sur la collecte de protections hygiéniques, puis leur redistribution via un grand réseau de partenaires. "La première collecte a été organisée en novembre 2015 à Science Po" explique Laura Pajot. A partir du site de l’association Règles Élémentaires, chaque personne peut organiser une collecte de protections hygiéniques. Une carte est disponible sur le site de l’association sur laquelle il est possible de retrouver tous les points de collecte pour aller soi-même déposer des protections. L’association sensibilise également à la diversité des produits. D’un côté, il y a les serviettes jetables peu économiques et écologiques mais souvent indispensables pour des femmes qui vivent dans la rue ou dans des conditions précaires. De l’autre, les protections réutilisables sont souvent moins chères et plus écologiques, mais nécessitent plus d’hygiène et l’accès à des points d’eau.

Des mesures concrètes mises en place

Grâce aux actions des associations, les choses bougent. Le budget attribué à la lutte contre la précarité menstruelle "est passé de 1 million d’euros en 2020 à 5 millions pour 2021" se félicite Laura Pajot. La ministre de l’éducation a annoncé la gratuité des protections hygiéniques pour les étudiantes. Une mesure que la responsable de la communication salue quelques semaines après qu’une étude de la FAGE ait révélé qu’une étudiante sur trois a déjà dû choisir entre des protections hygiéniques et un autre produit de première nécessité. Laura Pajot note également qu’il y a "une augmentation globale de l’envie d’agir et d’être solidaire". L’association continue à s’engager pour de nouvelles mesures comme la mise en place de distributeurs dans les lieux publics. L’objectif à terme "est que l’association n’existe plus. Le problème de la précarité menstruelle serait réglé" espère Laura Pajot.

Par Nathan Chaize

Invités

  • Laura Pajot, responsable communication pour l'association Règles Élémentaires

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 9h03

Cette émission interactive de deux heures est une double invitation à la réflexion ET à l’action. Une heure pour réfléchir, creuser une question et prendre du recul sur l’actualité avec des invités interviewés par les rédacteurs en chef RCF. Une heure pour agir, avec les témoignages d’acteurs de terrain et les auditeurs, pour se mettre en mouvement et s’engager ensemble dans la construction du monde de demain. Intervenez en direct à l'antenne au 04.72.38.20.23 ou écrivez-nous à : direct@rcf.fr

Le présentateur

Melchior Gormand

C'est à l'adolescence que Melchior Gormand se découvre une passion pour la radio. Pour cette saison 2020-2021, il vous accompagne chaque matin entre 9h et 11h dans l'émission interactive "Je pense donc j'agis".