Se mobiliser pour prévenir le suicide des jeunes

Présentée par UA-161199

S'abonner à l'émission

Je pense donc j'agis

mercredi 10 février à 10h00

Durée émission : 55 min

Se mobiliser pour prévenir le suicide des jeunes

© Kathy Bugajsky de Pixabay

Pour lutter contre le suicide des jeunes, des associations agissent, sensibilisent, forment et tentent de libérer la parole des jeunes concernés et de leurs parents.

Cette émission est archivée. Pour l'écouter, inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous directement si possédez déjà un compte RCF.

Donner aux parents les moyens d’agir

Pour aider un jeune à se sortir du mal-être, "il est nécessaire que les professionnels de santé travaillent en collaboration avec les parents. Il faut leur donner les moyens d’agir", explique Thérèse Hannier, présidente de l’association Phare Enfants Parents. En plus d’un dialogue avec les professionnels, les parents doivent être accompagnés pour renouer le lien avec les enfants. De son côté, Marie Rimbaud, vice-présidente de SOS Suicide Phénix note un travail important à faire "sur le sentiment  de culpabilité de parents. Il faut les accompagner pour qu’ils ne se sentent pas responsables et coupables". C’est dans cette optique que l’association met en place des groupes de paroles entre parents.
 

Libérer la parole des jeunes

Afin de lutter contre le mal-être des jeunes, des plateformes sont mises en place pour leur permettre de s'exprimer. Marie Rimbaud affirme qu’il est important de "multiplier les espaces de paroles". Une affirmation que partage Thérèse Hannier qui explique que l’association Phare Enfants Parents a mis en place une boîte mail : "C’est un outil qui permet aux jeunes d’évacuer leur souffrance, les échanges peuvent durer plusieurs mois et cela leur permet de s’exprimer librement".  En cette période difficile, Marie Rimbaud note "une augmentation du nombre de consultations des jeunes". Une souffrance de plus en plus reconnue qui peut permettre aux jeunes de se sentir écoutés. Marie Rimbaud invite à "signifier à la personne en souffrance que l’on a vu qu’elle souffrait et [à] être à l’écoute sans jugement, qu’il soit positif ou négatif". Pour permettre aux jeunes en souffrance de s’exprimer et notamment de consulter un professionnel de santé, une sensibilisation est à faire en amont d’une crise suicidaire, car "il y a une honte à aller voir le psy".

Ne pas associer covid et suicide

La période actuelle est difficile et déstabilisante pour toute la population, notamment chez les jeunes pour qui le lien social est précieux. Ces dernières semaines, la classe politique s’est emparée du sujet suite à deux suicides et aux appels à l’aide d’une partie de la jeunesse. En revanche, Marie Rimbaud insiste sur la nécessité de ne pas "lier ados et mal-être, et encore moins covid et suicide”. Elle ajoute qu’il est nécessaire de "légitimer la souffrance des jeunes, mais de ne pas être trop alarmistes. Dire que la Covid-19 pousse les jeunes au suicide ce n’est pas bon".

Par Nathan Chaize

Invités

  • Marie Rimbaud, vice-présidente de SOS Suicide Phénix, référente territoriale de l'UNPS, psychologue, formatrice en évaluation des risques suicidaires

  • Thérèse Hannier, présidente de l'association Phare Enfants Parents

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 9h03

Cette émission interactive de deux heures est une double invitation à la réflexion ET à l’action. Une heure pour réfléchir, creuser une question et prendre du recul sur l’actualité avec des invités interviewés par les rédacteurs en chef RCF. Une heure pour agir, avec les témoignages d’acteurs de terrain et les auditeurs, pour se mettre en mouvement et s’engager ensemble dans la construction du monde de demain. Intervenez en direct à l'antenne au 04.72.38.20.23 ou écrivez-nous à : direct@rcf.fr

Le présentateur

Melchior Gormand

C'est à l'adolescence que Melchior Gormand se découvre une passion pour la radio. Pour cette saison 2020-2021, il vous accompagne chaque matin entre 9h et 11h dans l'émission interactive "Je pense donc j'agis".