STX: comment Fincantieri va prendre le contrôle du groupe

28 septembre 2017 Par

Grâce à un procédé subtil, Finciantieri va finalement contrôler "de fait" les chantiers navals de Saint Nazaire, après plusieurs longs mois de négociation entre la France et l’Italie.

STX: un accord a été trouvé

Donner un nouveau souffle aux chantiers navals STX de Saint Nazaire. Voici ce que proposait de faire le groupe italien Fincantieri. Toujours est-il qu’il fallait que la France et l’Italie trouvent un accord. Principal actionnaire des chantiers navals, Paris n’était en effet pas prêt à concéder la majorité des parts du groupe à Fincantieri. Depuis plusieurs semaines, les deux pays négociaient donc autour du chiffre de 51 %.

Après plusieurs mois de négociations, un accord a visiblement été trouvé mercredi 27 septembre entre Emmanuel Macron et le président du Conseil italien, Paolo Gentiloni. Réunis à Lyon, les deux chefs d’Etat ont finalement convenu que Fincantieri prenne 51 % du capital de STX, mais sous une forme inédite, comme l’a révélé une source proche du dossier.
 

Ficantieri s'empare de 50 % des parts des chantiers navals

Concrètement, Ficantieri va bel et bien s’emparer de 50 % des parts des chantiers navals. Le pourcentage restant étant prêté par l’Etat français durant douze ans. Avec 51 %, Fincantieri peut prendre officiellement la tête du groupe. Au bout de ces douze années, si les objectifs n’ont pas été remplis, l’Elysée pourra récupérer son pourcentage, ce qui reviendra à remercier le géant italien, qui ne sera alors plus majoritaire.

Avec ces cartes rebattues, Fincantieri va pouvoir nommer quatre membres au sein du conseil du nouveau groupe. A noter que le président et le directeur général du groupe seront italiens. Un groupe dont les perspectives d’avenir s’élargissent simultanément. D’après le quotidien économique Les Echos, une alliance large entre Naval Group, STX France et Fincantieri pourrait éclore prochainement, via notamment un échange de participations entre Naval Group (ex-DCNS) dirigé par Hervé Guillou et Fincantieri.