Thibault de Montbrial: "on savait que les terroristes profiteraient de la séquence électorale"

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Grand Invité

vendredi 21 avril à 7h50

Durée émission : 15 min

Le Grand Invité

© PATRICK KOVARIK AFP

​Des policiers ont été victimes d’une attaque terroriste, jeudi soir, à Paris, sur les Champs-Elysées. Une attaque revendiquée par l’organisation Etat islamique.

Après les arrestations à Marseille, cette semaine, on observe que la présidentielle est une cible de choix pour les terroristes. "On savait depuis longtemps que les islamistes avaient vraisemblablement utiliser la séquence électorale, la présidentielle et les législatives qui vont suivre, pour obtenir par le biais d’une ou plusieurs actions un ratio entre le coût de leurs actions et le bénéfice au niveau du retentissement mondial. Ce n’est donc pas une surprise. Il n’est pas interdit de penser que d’autres gens qui préparent des actions. On attend une phase critique de la menace terroriste en France" explique Thibault de Montbrial, avocat, président du Centre de Réflexion sur la Sécurité Intérieure. 

L’organisation Etat islamique a revendiqué très rapidement l’attaque des Champs-Elysées. "D’après les éléments qui filtrent, le nom qui a été donné par l’Etat islamique dans son communiqué semblerait ne pas correspondre à l’identité de l’assaillant que les services d’enquête ont relevé sur son cadavre. D’habitude les communiqués de l’Etat islamique donnent des indications précises. Ce qui peut vouloir dire qu’un deuxième homme est dans la nature" explique également l'avocat, encadrant ses propos de prudence.

L’assaillant était déjà connu des services de police, notamment pour avoir attaqué des policiers. "Il a été condamné. C’était en 2001. C’est un profil de délinquant, de musulman d’origine immigrée. C’est le profil classique. Il n’y a pas de surprise. Il y a des rumeurs qui courent, comme quoi il était également connu des services anti-terroristes" rappelle Thibault de Montbrial.

Une nouvelle attaque qui renforce le côté atypique de la campagne électorale. "Les gens qui travaillent sur ces questions ne sont pas du tout surpris. Ce n’est pas l’optimisme qui domine sur la séquence des jours qui viennent. L’enquête qui a abouti au démantèlement de la cellule de Marseille, l’attaque d’hier soir passée sous les radars, l’ambigüité dans le communiqué de Daech, et un certain nombre d’autres signaux, laissent envisager une forme de pessimisme pour les jours à venir" lance ce spécialiste du terrorisme.

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 8h10

Chaque matin, Stéphanie Gallet reçoit une personnalité au cœur de l’actualité nationale ou internationale. Décryptage singulier de notre monde et de ses enjeux, mais aussi découverte d’un parcours, d’un engagement. Au cœur de la grande session d’information du matin, une rencontre quotidienne pour prendre de la hauteur avec bienveillance et pour donner du sens à l’information.  

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.