Une nouvelle "Ratio Fundamentalis" pour la formation des séminaristes

9 décembre 2016 Par

La Congrégation pour le clergé a rendu publique jeudi 8 décembre une nouvelle "Ratio Fundamentalis" pour s'adapter au contexte historique, ecclésial et socioculturel.

La Congrégation pour le clergé a publié jeudi 8 décembre la nouvelle "Ratio Fundamentalis". Le document, pour les séminaires du monde entier, constitue le texte de base de leur formation. La publication d’une nouvelle Ratio est un peu l’équivalent de celle, par l’éducation nationale, de nouveaux programmes. La précédente datait de 1970 et n’avait été que légèrement modifiée en 1985. Aussi, parce que le contexte historique, socioculturel et ecclésial dans lequel le prêtre est appelé à incarner la mission du Christ et de l’Église a changé, la Congrégation pour le clergé a estimé nécessaire de rédiger une nouvelle version
 

Un cheminement progressif par cycle

La Congrégation pour le clergé explique qu'après presque 50 ans, il fallait tenir compte d'un certain nombre d'écrits des papes Jean-Paul II et Benoit XVI et des nombreuses paroles de François, très attaché à ce que le prêtre soit un bon pasteur proche de fidèles. La nouvelle Ratio reprend donc le concept de formation intégrale.

L'idée est d'unir de manière équilibrée les dimensions humaine, spirituelle, intellectuelle et pastorale, grâce à un cheminement pédagogique progressif et personnalisé. Ainsi, si la division des études entre cycle de philosophie, de théologie et de pastorale est maintenue, elle l'est dans une optique plus globale. On parlera désormais de l'étape de formation du disciple, de l'étape de configuration au Christ et de l'étape de synthèse vocationnelle. 

Former des prêtres équilibrés, sereins et stables

La nouvelle Ratio insiste donc particulièrement sur la double dimension intellectuelle et théologique d'un côté, humaine et pastorale de l'autre. La démarche exige le discernement avec la généralisation et l'obligation d'une année de propédeutique, une préparation à l'étude approfondie. La démarche exige aussi l'accompagnement des séminaristes puis des prêtres dans un processus de croissance qui fasse d'eux des personnes humainement équilibrées, sereines et stables.

Finalement l'ancrage évangélique peut résumer toute la Ratio avec l'ambition de former des prêtres configurés au "Christ bon pasteur", image qui revient régulièrement dans le texte.