Une rentrée syndicale contre la loi Travail

L'intersyndicale en pointe contre la loi Travail effectue sa rentrée mercredi 7 septembre lors d'un meeting à Nantes. Les syndicats ne désarment pas, ils souhaitent l'abrogation du texte.

L'été est passé mais la colère persiste. La CGT, Force Ouvrière, la FSU, l'Unef, Solidaires ainsi que l'UNL et la FIDL (lycéens) font leur rentrée sociale mercredi 7 septembre à Nantes. L'intersyndicale organise un meeting à 17 heures 45 sur l'esplanade des anciens chantiers navals. Dans le viseur des leaders syndicaux, la loi Travail, bien que promulguée le 8 août, occupe une large place. L'intersyndicale appelle à l'abrogation du texte.

Nantes, une valeur symbolique importante

A Nantes, mercredi après-midi, le rassemblement verra notamment la participation de Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, Jean-Claude Mailly (FO), Bernadette Groison de la FSU (Fédération syndicale unitaire), Éric Beynel, de l'union syndicale Solidaires et William Martinet, président de l'Unef.

Les organisations syndicales avaient choisi Nantes pour répondre à l'université d'été du Parti Socialiste du 26 au 28 août. Mais l'évènement a été annulé pour des raisons de sécurité. Mais la ville de Nantes conserve une valeur symbolique importante. Les manifestations contre le projet de loi Travail ont été suivies et virulentes. Le département de Loire-Atlantique a vu la tenue de 18 manifestations contre le texte en 4 mois. 

"Le plus grave recul social des dernières décennies"

La loi portée par Myriam El-Khomri demeure toujours la cible des critiques syndicales. "Pour nous, cette loi est complètement illégitime, puisqu'elle n'avait et n'a pas le soutien du peuple français", indique Fabrice David, secrétaire général UD CGT de Loire-Atlantique. Il poursuit : "Le débat parlementaire n'a pas non plus eu lieu, avec l'utilisation de trois procédures de 49.3. Le gouvernement est aujourd'hui minoritaire."

la réaction complète de Fabrice David, secrétaire général UD CGT de Loire-Atlantique

La loi Travail rassemble contre elle. la CGT et FO avancent par exemple "main dans la main". "Nous avons des divergences mais nous les dépassons pour combattre cette loi que nous considérons comme le plus grave recul social de ces dernières décennie en matière de droit des travailleurs", soutient Fabrice David. Un nouvel appel à manifester contre le texte a d'ailleurs été lancé dans une quarantaine de ville dont Paris et Nantes pour le 15 septembre. 
 

Sur le même thème :