Vincent Lambert: la CEF invite "à la pudeur, à la modération et à la discrétion"

Jeudi, la Conférence des évêques de France a réagi à la décision du CHU de Reims de ne pas se prononcer sur le cas de Vincent Lambert. Les évêques encouragent à prier pour Vincent.

Le docteur Daniela Simon et ses équipes du CHU de Reims ont fait savoir hier qu'ils avaient décidé... de rien décider. Statu quo sur le cas Vincent Lambert qui est donc maintenu en vie. De plus, l'équipe médicale veut saisir le procureur de la République afin qu'il mette Vincent Lambert sous protection et détermine un représentant légal.
C'est à cette décision que la Conférence des évêques de France a réagi hier sur son site internet. Dans un communiquéMgr Olivier Ribadeau Dumas, secrétaire général et porte-parole de la CEF, appelle "à la pudeur, à la modération et à la discrétion" dans une situation "d'une extrême complexité" "au caractère infiniment douloureux". Il termine en "encourageant les chrétiens à faire monter vers Dieu leur prière pour M. Vincent Lambert, sa famille, ainsi que pour ceux à qui il appartiendra de prendre des décisions."

Pourtant mardi, les neuf évêques de Rhône-Alpes prenaient position en faveur d'un maintien en vie de Vincent Lambert, affirmant que "Vincent [n'était] pas en fin de vie". Ils parlaient même d'une violation du serment d'Hippocrate concernant les medecins qui stopperaient l'alimentation et l'hydratation artificielles du tétraplégique de 38 ans.
A ce sujet, Mgr Pierre-Yves Michel, évêque de Valence, réagissait sur RCF.

Ce matin, le Grand Invité de la matinale de RCF était Alain de Broca, neuro-pédiatre au CHU d’Amiens, spécialiste des soins palliatifs. pour lui, dans ce genre de situation, la parole à prendre en compte n'est pas celle des proches ou de la famille mais bien celle du patient. Son interview est à retrouver ici.