Vincent Lambert: la justice demande aux médecins de trancher

16 juin 2016 Par

La cour administrative d’appel de Nancy a finalement suivi les conclusions du rapporteur public, demandant une nouvelle procédure collégiale pour statuer sur le sort de Vincent Lambert.

La cour administrative d’appel de Nancy a ordonné aux médecins de reprendre la procédure collégiale, pouvant éventuellement conduire à un arrêt des soins de Vincent Lambert, ce tétraplégique de 33 ans en état de conscience minimale, après un accident de la route survenu en 2008.

La justice, qui avait été saisi par le neveu de Vincent Lambert, a infirmé le jugement de première instance, du tribunal administratif de Châlons-en-Champagne. Dans cette première décision, que le neveu de Vincent Lambert voulait faire annuler, la justice rejetait une nouvelle demande d’arrêt des soins.

Les juges de la cour administrative d’appel de Nancy ont, par cette décision qui ordonne aux médecins de reprendre la procédure collégiale dont le but est de statuer sur le cas de Vincent Lambert, suivi les conclusions du rapporteur public, qui estimait le 26 mai dernier le début d’une nouvelle procédure collégiale.

La procédure en question a, depuis le début de l’affaire, été entreprise trois fois, sans jamais pouvoir aboutir. En juillet dernier, c’est le médecin en charge de Vincent Lambert, qui avait stoppé la procédure, estimant que la sérénité n’était pas au rendez-vous, tant pour le patient que pour l’équipe médicale.

Les parents de Vincent Lambert, qui s’opposent à la décision de justice rendue jeudi par les juges de Nancy, continuent de demander un changement d’établissement médical pour leur fils. Ils ont de plus engagé une procédure de tutelle, en vue de contester la tutelle accordée à la femme de Vincent Lambert, qui, pour sa part, s’est déclarée favorable à l’arrêt des soins de son mari.