Vincent Neymon: "la parole des victimes est de mieux en mieux écoutée"

23 mars 2017 Par

2,2 millions de téléspectateurs ont visionné le dernier numéro de Cash Investigation, consacré à la pédophilie dans l'Eglise. Une émission suivie d'un débat, boycotté par la CEF.

Une enquête télévisée suivie mercredi de la parution en librairie d'un livre écrit par les journalistes de Médiapart ayant enquêté sur les affaires de pédophilie qui ont secoué l'Eglise de France l'an dernier. Un livre intitulé "Eglise, la mécanique du silence", chez JC Lattès.

Dans cet ouvrage, Médiapart présente son enquête menée sur les auteurs d'agressions sexuelles sur des mineurs, toujours au sein de l'Eglise. Dans l'enquête de Cash Investigation, comme dans le livre de Médiapart, il ressort que l'Eglise a couvert pendants des décénies des faits d'agressions sexuelles ou de viols, même après la régle de tolérance zéro imposée par Benoît XVI puis par la Conférence épiscopale de France.

Après avoir critiqué les méthodes des journalistes de Cash Investigation et assumé l'absence de représentant de l'épiscopat au débat qui a suivi le documentaire, Vincent Neymon, secrétaire général adjoint et porte-parole adjoint de la Conférence des Evêques de France, maintient ses critiques à l'encontre des méthodes de l'équipe d'Elise Lucet. "Nous pensons que ces enquêtes sont assez mal ficelées, ne disent pas l’entièreté de la vérité" explique-t-il au micro de Christian Vadon.

"Malgré tout cela, il y a des faits dans ces enquêtes que nous ne contestons pas et que c’est l’occasion pour nous de redire les mesures qui sont prises, qu’il y a eu des erreurs, des fautes, des failles dans le passé de l’Eglise, même récent. Mais ce que nous voulons dire, c’est que la parole des victimes est de mieux en mieux écoutée" ajoute Vincent Neymon.

Ce dernier rappelle que "ces occasions sont toujours de bonnes occasion pour redire que l’Eglise de France et les évêques travaillent sans relâche à la question de la lutte contre la pédophilie". Rappelons qu'une Commission nationale d'expertise indépendante a également été créée. Ainsi qu'une adresse mail paroledevictimes@cef.fr où peuvent écrire les victimes de prêtres pédophiles.