"Promesse d’Eglise": un groupe qui veut repenser la gouvernance dans l’Eglise

Présent à l’occasion de la session plénière des évêques de France, Guillaume Nicolas, directeur de la Délégation catholique pour la coopération, revient sur l’initiative "Promesse d’Eglise".

Le groupe "Promesse d’Église" est un groupe large et éclectique. Une trentaine de réalités variées s’y rassemblent (communautés, mouvements, associations). Leur point commun : l’exercice d’une certaine gouvernance au nom de l’Église. Leur question : comment agissons-nous pour que les abus n’aient plus lieu, en réponse à la lettre du pape d’août 2018 ?

"Ce mouvement s’est réuni depuis l’été dernier, suite à la réception de la lettre du pape François au peuple de Dieu. Quelques organisations se sont retrouvées pour dire à quel point elles avaient été touchées par cette lettre. Ce sont des sujets graves qui nous touchent tous. Et cela fait écho à nos propres difficultés que l’on peut rencontrer dans nos gouvernances. On s’est rendu compte que ces problèmes nous les affrontions tous, mais chacun dans notre coin. Comme les évêques, qui ont dû parfois affronter ces questions un peu seuls. Nous gagnerions tous à travailler ensemble sur ces questions" explique Guillaume Nicolas.

"Promesse d’Eglise" vient aujourd’hui rendre compte à Lourdes, à l’occasion de l’assemblée plénière des évêques, de ses réflexions en la matière, afin d’aider l’institution ecclésiale à avancer, mais pas seule. "Nous venons dire quelles sont nos intentions, quelle est notre démarche, et surtout dire notre désir de travailler tous ensemble sur ces questions-là" ajoute Guillaume Nicolas.

Une manière de proposer un autre modèle à celui du cléricalisme. "Quand on a partagé sur nos pratiques, on a bien identifié le fait que nous étions tous exposés à certaines formes de cléricalisme. Lorsqu’un laïc a une responsabilité importante, il est en risque de cléricalisme. Ce cléricalisme peut être tant du côté des clercs que du côté des laïcs. Nous avons aussi identifié des pratiques très vertueuses" lance-t-il encore.
 

Guillaume Nicolas, directeur de la Délégation catholique pour la coopération (DCC): 

Your browser doesn’t support HTML5 audio