Eurêka · RCF Alsace

© RCF Alsace
© RCF Alsace

Sciences, découvertes, recherches... Tout comprendre et tout apprendre grâce à Eurêka !

Chaque mardi à 11h et 20h sur RCF Alsace.

© RCF Alsace
© RCF Alsace

Eurêka · RCF Alsace

Sciences, découvertes, recherches... Tout comprendre et tout apprendre grâce à Eurêka !

Chaque mardi à 11h et 20h sur RCF Alsace.

tous les épisodes
26 min

Comme un arbre dans la ville

Présenté par
La nature en ville, à l’aune de la Zone atelier environnementale urbaine de Strasbourg, avec Sandrine Glatron, géographe du CNRS. Une émission Eurêka ! en partenariat avec le CNRS en Alsace : https://www.alsace.cnrs.fr Longtemps, la nature est restée un espace cloisonné des villes ; au 19ème siècle, pour des raisons hygiénistes, on y a aménagé des parcs et promenades. Aujourd’hui, la nature en ville est perçue comme synonyme de qualité de vie. D’ici 2050, 75 % de l’humanité vivra en ville. Pour mieux concevoir les villes de demain, pour ajuster nos comportements à la transition écologique, il faut pouvoir caractériser, inventorier, quantifier, qualifier cette nature en ville et connaître l’état d’esprit des citadins. Pour cela, à Strasbourg, la Zone atelier environnementale urbaine, ZAEU, offre depuis 2010 un terrain d’étude exceptionnel !
Intégrer à mon site
27 min

Les travailleurs temporaires en Europe : oiseaux de passage ?

Eureka
Eureka
Présenté par Sarazin Magali

Marco Rocca, chercheur CNRS en droit du travail, scrute une réalité de l’Europe, celle des travailleurs migrants temporaires.


C’est un débat de société, mais aussi une question jusque là peu étudiée, peu chiffrée, peu documentée. Peut-être parce qu’on a estimé cette force de travail marginale par rapport à l’ensemble des actifs ?

Pourtant, dans certains secteurs d’activité économique comme la construction, le travail agricole saisonnier, le travail en abattoir, les travailleurs migrants temporaires semblent de fait constituer une main d’œuvre constante, structurelle, permanente.

Pour savoir ce qu’il en est réellement, Marco Rocca, chercheur CNRS en droit du travail et spécialiste des mobilités au laboratoire Droit, religion, entreprise et société, DRES, une unité de recherche du CNRS et de l’université de Strasbourg, lance le projet de recherche E-BoP, financé par un projet ERC Starting Grant (1,4 millions d’euros), qui durera cinq ans : European Birds of Passage - An Empirical Legal Theory of Temporary Labour Migration in Europe - Les oiseaux de passage européens - Pour une théorie juridique empirique de la migration temporaire de travail en Europe).

Émission Eurêka ! proposée en partenariat avec la délégation Alsace du CNRS.


Plus d’informations :


Marco Rocca, chercheur CNRS en droit du travail au laboratoire Droit, religion, entreprise et société, DRES (unité de recherche du CNRS et de l’université de Strasbourg)


https://marcorocca.wordpress.com/


Musique : Obstacles de Syd Matters (Album : Someday We Will Foresee Obstacles)

Intégrer à mon site
27 min

Qu'avons-nous appris de la gestion de la crise ?

© Online Marketing / Unsplash
© Online Marketing / Unsplash
Présenté par Marie-Jo Thiel

Depuis 2 ans, le monde entier fait face à une crise sanitaire inédite. Chaque pays ou presque, chaque continent a eu sa manière de gérer la crise, de répondre aux confinements répétés et aux manques divers.
Chacun a tenté de soutenir un « pays » arrêté avec des mesures plus ou moins audibles, acceptables, « assumables ». Que nous apprend une comparaison entre la France et les autres pays à travers le monde ? Partout la gestion a été caractérisée par des tâtonnements face à l’incertitude du coronavirus et de son comportement infectieux, face à la pénurie des masques et moyens de protection, face aux mesures de distanciation sociale et aux confinements… En 2011 un plan pandémie avait été mis en place tant en France qu’aux États-Unis par exemple, qui prévoyait déjà l’incertitude… Mais il n’a pas été ou pu être appliqué… La pandémie illustre une mondialisation pour le meilleur et pour le pire mais aussi la nécessité de formuler des principes et des critères éthiques pour guider la gouvernance sanitaire. L’OMS devrait ici jouer un rôle plus clair et décisif.

Voir l'article
Intégrer à mon site
29 min

Biologie 5 : La génétique

Présenté par Paul Fonteneau
La génétique est l’étude scientifique de l'hérédité et des variations individuelles. Quel est le support de l’hérédité ? Comment les caractères se transmettent de génération en génération ?


ADN, gènes, allèles, caractères dominants et récessifs, maladies génétiques… Tout cela semble bien compliqué. Au cours de cette émission, nous allons survoler ensemble tous ces concepts.
Intégrer à mon site
28 min

A l’Institut du médicament de Strasbourg

Sylvianne Muller
Sylvianne Muller
Présenté par Sarazin Magali
Comment faire bénéficier la société des dernières connaissances issues des laboratoires de recherche publics ? A l’Institut du médicament par exemple ! Sylviane Muller, sa directrice, chercheuse immunologiste émérite du CNRS est l’invitée d’Eurêka !.

La question du transfert de connaissances des labos vers la société est devenue cruciale. Parce qu’il n’est plus question d’attendre 20 ans pour passer de l’un à l’autre, de nombreux dispositifs et entités soutiennent aujourd’hui ce transfert, aussi appelé « valorisation », qui conduit à l’innovation. Parmi ceux-ci, l’Institut du médicament de Strasbourg, IMS, une structure originale de l’université de Strasbourg, qui a pour but de faire le pont, transférer les savoirs et surtout, de nouvelles molécules thérapeutiques…

Sylviane Muller est directrice de recherche émérite du CNRS et immunologiste au laboratoire Biotechnologie et signalisation cellulaire, BSC (unité de recherche du CNRS et de l’université de Strasbourg). Après avoir reçu en 2009 la médaille d’argent du CNRS qui distingue ses travaux originaux et reconnus sur le plan international, elle a reçu en 2015 la médaille de l’innovation du CNRS. C’est avec cette double perspective qu’elle dirige depuis près de 10 ans l’Institut du médicament de Strasbourg… à la manière des motifs entrelacés du boléro de Maurice Ravel.
Intégrer à mon site
28 min

Qu'avons-nous appris sur le fonctionnement des systèmes de santé ?

Présenté par Marie-Jo Thiel
Intégrer à mon site
29 min

Biologie 4 : La cellule

Présenté par Paul Fonteneau
Intégrer à mon site
27 min

Cyrcé, un cyclotron à Cronenbourg

Patrice Marchand - © RCF Alsace
Patrice Marchand - © RCF Alsace
Présenté par Sarazin Magali

Que contient le liquide injecté avant de faire un examen médical « PET scan » (tomographie par émission de positons) ? Des isotopes radioactifs ! Avec Patrice Marchand, radiochimiste du CNRS, nous découvrons comment ces atomes rares et éphémères sont produits pour la médecine nucléaire. Son travail scientifique nous mène tout droit au cyclotron Cyrcé, sur le campus CNRS de Cronenbourg, caché dans sa carapace de béton dans les locaux de l’institut pluridisciplinaire Hubert Curien, unité de recherche du CNRS et de l’université de Strasbourg. Grâce à cet accélérateur de particules, Patrice Marchand et ses collègues, savent très bien produire des isotopes radioactifs, comme le Fluor 18 couramment utilisé pour le diagnostic de cancer. Ils émettent, pendant une courte durée (6 h pour F-18), des positons dont l’énergie issue de leurs désintégrations sera détectée par le PET. Mais Cyrcé est différent des autres cyclotrons : il sert à la recherche et à l’enseignement. Les scientifiques y explorent donc de nouvelles voies : ils conçoivent, testent et éprouvent les isotopes de demain, pour un usage diagnostic mais aussi thérapeutique, ou même pour d’autres applications médicales. Un travail de longue haleine, qui peut prendre jusqu’à 10 ans, avant de parvenir aux tests finaux. C’est en référence à Circé, magicienne de la mythologie grecque qui avait en son temps transformé l’équipage d’Ulysse en cochons, que le cyclotron alsacien transmute des isotopes stables en espèces instables radioactives… Émission Eurêka ! proposée en partenariat avec la délégation Alsace du CNRS.

Intégrer à mon site
26 min

Des stratégies vaccinales différenciées à travers le monde

Présenté par Marie-Jo Thiel
Alors que plus de 80 types de vaccins sont actuellement en expérimentation à travers le monde pour contrer la covid-19, seule une poignée est utilisée pour le moment et les stratégies vaccinales dans le monde diffèrent grandement d’un pays à l’autre. Depuis les travaux de Louis Pasteur, l’on sait l’efficacité potentielle des vaccins, tout en mesurant aussi la nécessité de leur bon usage car il s’agit bien de produits médicaux qui peuvent avoir des effets secondaires s’ils sont mal utilisés. Mais jamais jusqu’à la covid-19, des vaccins n’ont été mis au point si rapidement, posant de nombreuses questions éthiques, sanitaires, philosophiques, juridiques, économiques, politiques… Quelles certitudes et incertitudes ? Quelle place nouvelle pour l’industrie pharmaceutique ? Quelles promesses pour la co-construction d’un autre monde impliquant non seulement la thérapeutique dans les phases aiguës mais aussi la prévention ? La politique de santé publique exige-t-elle la mise en place d’un passeport vaccinal/d’un passe sanitaire ? Quels repères éthiques en matière d’équité, de justice, d’égalité entre citoyens… peuvent éclairer les stratégies vaccinales à privilégier ? L’émission interroge aussi les priorités mises en place à partir des cultures qui avantagent certaines populations plutôt que d’autres.
Intégrer à mon site
29 min

Biologie 3 : La chimie de la vie (2)

© RCF Alsace
© RCF Alsace
Présenté par Paul Fonteneau
Après les sucres et les lipides, nous étudions 2 nouveaux types de macro-molécules, les protéines et les acides nucléiques. Le métabolisme des être vivants est basé sur l’utilisation de 4 sortes principales de macro-molécules. Après avoir étudié les sucres ou glucides, et les graisses (ou lipides), nous allons découvrir les protéines et les acides nucléiques. MUSIQUE le chant des protéines: https://www.youtube.com/watch?v=WLGGLJ5xlBg
Intégrer à mon site
26 min

Le Copte, langue de l'ancienne Egypte

Eureka
Eureka
Présenté par Sarazin Magali
Pour étudier les écrits coptes, Esther Garel est allée en Égypte, berceau de la langue copte, et un peu partout en Europe où ils sont dispersés dans des bibliothèques prestigieuses : la British Library, la Sorbonne, Vienne… Avec elle, nous apprenons que cette langue des « Égyptiens chrétiens » - encore utilisée par l’Église copte au cours des liturgies - connaît ses premiers balbutiements dans les tout premiers siècles de notre ère…dans une Égypte encore polythéiste ! La motivation initiale du recours à l’alphabet grec pour écrire l’égyptien est le souci de ne pas écorcher des formules aux pouvoirs magiques, astronomiques, incantatoires... Ce n’est que plus tard, à partir du 4ème siècle, que le système d’écriture est adopté à grande échelle et que la langue devient dépositaire des textes chrétiens sacrés, traduits du grec. Le copte joue aussi en Égypte pendant la période byzantine et le début de la période arabe (du 4ème au 11ème siècle de notre ère) un rôle très pratique ; il sert à consigner différentes informations du quotidien : lettres privées, testaments et autres actes notariés, contrats de vente, ordres de paiement, reçus de taxe, correspondances avec l’administration…autant de traces parcellaires décryptées par Esther Garel, qui aident à documenter la vie d’alors ! Des recherches récompensées par la médaille de bronze du CNRS qui lui est décernée en 2021. Émission Eurêka ! proposée en partenariat avec la délégation Alsace du CNRS. Plus d’informations : Un air d’Orient nous parvient grâce à Esther Garel, lauréate de la médaille de bronze du CNRS. Historienne et philologue, spécialiste de la langue copte au laboratoire Archimède (unité du CNRS et de l’université de Strasbourg), ses recherches en papyrologie copte sont distinguées en 2021.
Intégrer à mon site
27 min

Ethique, valeurs et COVID 19: et maintenant ?

Présenté par Marie-Jo Thiel
"Le choc, la brutalité de l’expérience de la Covid.19 se laisse appréhender au mieux en passant par les trois moments qui la caractérisent : la vie d’avant, la vie-pendant qui n’est pas encore terminée, et la vie de demain qui commence à se construire. L’émission étaye ces trois moments. De quoi était faite la « vie normale » d’avant la pandémie ? Ou plutôt la vie-d’avant car le concept de normalité n’est venu qu’avec la pandémie faisant advenir de tels changements que tout devenait « a-normal », c'est-à-dire en dehors de la norme de l’habitude, la norme d’une médecine victorieuse de la maladie, d’un système de santé efficace, la norme de l’individualisme… Ce qui a changé au cours des derniers 18 mois contient à la fois du positif et du négatif. Son point central est l