Abdennour Bidar: "Nos sociétés matérialistes ne font pas justice à notre soif de sens"

Présentée par

S'abonner à l'émission

Sur le rebord du monde

mercredi 24 août 2016 à 12h30

Durée émission : 25 min

Abdennour Bidar: "Nos sociétés matérialistes ne font pas justice à notre soif de sens"

© Abdennour Bidar - Agence Anne & Arnaud

Notre société est en train de produire ce qu'Abdennour Bidar appelle des "tisserands": des hommes et des femmes en quête de sens qui renouent avec les liens sociaux. Par Béatrice Soltner.

Au-delà de l'espoir qu'il a suscité, le film "Demain" (sorti avec succès sur les écrans en décembre 2015) reflète cette nouvelle tendance que connaît notre société actuelle. Des hommes et des femmes qui s’engagent par conviction pour vivre, manger, consommer, acheter ou travailler autrement.

Ce mouvement de fond, Abdennour Bidar l'a observé notamment chez les jeunes qu'il a croisés au cours de ses conférences et autres dédicaces, en France et ailleurs. On a en effet beaucoup entendu le philosophe spécialiste de l'islam s'exprimer dans les médias après les attentats terroristes de 2015 et 2016. Mais ce n'est pas à l'islam qu'il consacre son dernier livre. Plutôt à ceux qu'il appelle les "tisserands": des citoyens qui, en renouant avec les liens, répondent à l’urgence cruciale de ré-enchanter le monde. "J'ai rencontré beaucoup de ces engagés... ils n'ont pas conscience de leur force."
 

Des "nouveaux résistants"

Si le philosophe choisit le terme poétique de "tisserand" pour les nommer c'est que ces hommes et ces femmes, ces "nouveaux résistants", veulent renouer avec le sens des choses. Cette recherche de sens va de pair avec de nouvelles quêtes spirituelles qui ont d'ailleurs fait l'objet d'une enquête par un groupe de sociologues. Cette étude révèle notamment que notre soif de liberté nous amène à faire fi des institutions et des dogmes. Il n'est pas rare de trouver des chrétiens ou des musulmans puiser dans d'autres traditions spirituelles de quoi assouvir leur désir de sens.
 

"Nos sociétés matérialistes ne font pas justice à notre soif de sens."

 

plaidoyer pour les liens humains

Interreligieux, ocuménisme, interculturel, solidarité, partage.... Ce que l'essai d'Abdennour Bidar pointe du doigt c'est la force du lien: avec soi, avec l'autre et avec la nature. "On sent aujourd'hui cette volonté de desserrer l'étau de la contrainte économique et de trouver des modèles plus solidaires et fraternels." En témoigne la vogue de l'économie collaborative et le succès de l'économie sociale et solidaire auprès des jeunes. "Je constate chez un certain nombre de jeunes aujourd'hui une insatisfation prodonde vis-à-vis des standards de réussite que propose la société aujourd'hui."
 

Renouer avec un héritage social

"On est les héritiers de tout un ensemble de cultures qui ont toujours insisté sur l'importance des liens." Dans cette tendance de fond où l'on se tourne vers un héritage du passé valorisant le lien social, où l'on reste en partie réceptif aux grandes traditions spirituelles, se dessine quelque chose d'inédit. Une ouverture à l'autre propre au caractère multiculturel de nos sociétés actuelles. Un mouvement qui prend appui aussi sur les réseaux sociaux, que le philosophe souhaite voir comme "un moyen" au service d'une société "plus solidaire, partageuse".
 

retrouver une connivence avec la vie

Abdennour Bidar ne fait pas qu'observer cette tendance de fond, il l'appelle de ses voeux, puisqu'il défend "la vertu des liens nourrissiers". Dans la rencontre avec l'autre, on est selon lui "traversé par la vie de l'autre, on creuse en soi-même". Une sagesse qui n'est pas que spirituelle, elle est aussi "humaniste", selon lui.

Une liberté assumée, des liens à renouer, un refus à opposer devant une société de consommation, un défi à relever - celui de l'écologie. C'est un peu de tout cela qui produit des "tisserands": "On se rencontre par-delà les frontières anciennes." Ceux qui tournent le dos aux débats politiques jugés stériles pourraient bien être les protagonistes d'une poïétique, en route vers un nouveau projet de société...
 

 

Abdennour Bidar est membre de l'Observatoire de la laïcité depuis 2013. Il est l'auteur de nombreux ouvrages sur l'islam, dont "Lettre ouverte au monde musulman" (éd. Les Liens qui Libèrent ) et "Plaidoyer pour la fraternité" (éd. Albin Michel). Il est intervenu sur RCF en avril 2015, dans l'émission Le Temps de le Dire, "Peut-on réformer l'islam de France?".

 

Invités

  • Abdennour Bidar , docteur en philosophie, spécialiste des évolutions de l'islam contemporain

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Tous les lundis à 13h30

Le monde vit des transformations majeures qui touchent tous les secteurs de la vie de l’homme: travail, éducation, écologie, religions, médias, économie…Béatrice Soltner et son invité donnent des clés pour mieux penser ce monde mouvant et les défis d’humanisation à relever. Cette émission propose aussi des repères concrets pour construire du sens, là où l’homme serait tenté de ne voir que du chaos.

Le présentateur

Béatrice Soltner

Formée aux arts plastiques et à l'histoire de l'art Béatrice rejoint RCF en 1994. Elle aime faire émerger la parole et l'offrir en partage. La vie intérieure est son domaine de prédilection. Passionnée par la spiritualité et la psychologie, elle s'intéresse aussi au dialogue entre les églises chrétiennes.