Antoine de Galbert, la passion d'un collectionneur

Présentée par

S'abonner à l'émission

L'entretien de la semaine

samedi 21 septembre à 13h15

Durée émission : 12 min

Antoine de Galbert, la passion d'un collectionneur

© Denis Vinçon / Musée des Confluences - Antoine de Galbert

Il a fait don de son impressionnante collection de coiffes au musée des Confluences. Antoine de Galbert s'est pris de passion pour ces objets populaires à la symbolique puissante.

"Le monde en tête", c'est une exposition du musée des Confluences, qui invite à découvrir l'extraordinaire collection de coiffes qu'Antoine de Galbert, célèbre collectionneur d’art contemporain, a rassemblées lors de ses nombreux voyages. Plus de 500 pièces d'Amérique, d'Asie, d'Océanie ou d'Afrique, dont il a fait don au musée lyonnais et que l'on peut admirer, en partie, jusqu'au 25 mars 2020.

 

 

Des objets du quotidien...

Comment un spécialiste de l'art contemporain en est-il venu à collectionner les coiffes ? Antoine de Galbert est le fondateur de la Maison rouge, qui, de 2004 à 2018 a été l'un des lieux phares de l’art contemporain à Paris. "J'ai abordé l'art contemporain par les marges, par l'art brut, etc. Pour moi les arts premiers font partie de cet art populaire au grand sens du terme", explique-t-il.

Les coiffes qu'il a collectionnées sont en effet des objets populaires. "J'ai délassé assez vite l'idée de collectionner des objets lourds, sacrés." Pour privilégier ceux qui évoquent "la légèreté du quotidien". "La coiffe c'est le prolongement du corps, c'est le prolongement du visage, c'est un apparat." On en porte pour s'embellir ou avoir du pouvoir, lors d'un mariage, d'un deuil, d'une initiation... 

 


©Pierre-Olivier Deschamps / Agence VU' - Diadème aux phénix, feng guan
Seconde moitié du XXe siècle, Asie, Chine, province du Guizhou

 

... à la forte puissance symbolique

Fasciné par la puissance symbolique de ces objets, le spécialiste d'art contemporain a peu à peu constitué "une collection assez volumique". Des objets auxquels il était "assez attaché" mais il explique : "J'étais débordé par cette collection, je ne pouvais plus la conserver." Curieusement, elle ne comprend pas de coiffes du continent européen.... "C'est une question que je me suis posée en permanence, Peut-être que j'ai tort."

"Ce qui m'intéresse surtout c'est l'universalité : c'est de dire que tout le monde se couvre la tête... Je pense qu'il y a une chose qui est essentielle dans cette collection, ce message d'universalité, de dire que la différence est belle." À une époque marquée par la peur, le replis sur soi, la "xénophobie". Ne plus avoir peur mais s'émerveiller au contraire de la richesse et de la diversité culturelle.

 


©Bertrand Stofleth - Exposition "Le monde en tête, la donation Antoine de Galbert" au musée des Confluences 
 

 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le samedi à 13h15 et 20h45 et le dimanche à 08h30

Chaque semaine, Thierry Lyonnet donne la parole à un acteur de l'actualité culturelle. Ecrivains, metteurs en scènes, peintres, etc, parlent de leur travail et de leurs oeuvres. 

Le présentateur

Thierry Lyonnet

Rédacteur en chef du Service « Foi et Culture », Thierry met son insatiable curiosité au service de RCF depuis 1990. Spiritualité, art, voyages, solidarité et surtout rencontres, qu’il aime partager avec les auditeurs. Depuis l’enfance, il est fasciné par la richesse de la différence…et cette fascination ne cesse de croître!