Noël au cinéma

Présentée par UA-98976

La Symphonie du cinéma

lundi 3 août à 11h00

Durée émission : 25 min

Noël au cinéma

© StudioCanal/TF1 Films Productions. Le Père Noël est une ordure (1982).

Noël au cinéma, vaste sujet décliné à l’envi que La Symphonie du cinéma revisite cette semaine.
Du cultissime Père Noël est une ordure au grand classique hollywoodien des années 40 qu’est Miracle sur la 34e Rue en passant par L’Etrange Noël de Monsieur Jack de Tim Burton, Noël se déguste à toutes les sauces musicales.

Comédies, films romantiques, cinéma d'action, films d'animation ou historiques... Noël est partout et Noël se chante dans toutes les langues...
 

En 1999, sort sur les écrans français La Bûche, un film de Danièle Thompson. À la suite du décès récent de son deuxième mari, Yvette (jouée par Françoise Fabian) est invitée au réveillon de Noël par les trois filles de son premier mariage avec Stanislas (incarné, lui, par Claude Rich), violoniste russe à la retraite et séducteur impénitent. Autour des préparatifs, les remises en question et les révélations vont bon train pour Louba (jouée par Sabine Azéma), la danseuse de cabaret, Sonia (Emmanuelle Béart), la bourgeoise moins conformiste qu'il n'y paraît, et Milla, la rebelle assoiffée de tendresse, que campe une impeccable Charlotte Gainsbourg, qui obtiendra le César de la meilleure actrice dans un second rôle. Les trois filles, en même temps qu'elles vont se découvrir un demi-frère, vont s'apercevoir de leur attachement inconditionnel à leur enfance et à leur père. Michel Legrand signe la partition musicale dont est extrait La Chanson de Louba, interprétée par Natalie Dessay.

Miracle sur la 34e Rue, et sa partition musicale de grands classiques orchestrés par Cyril John Mockridge, est un classique des films de Noël chez nos voisins d'Outre-Atlantique, rediffusé chaque année ou presque lors des fêtes. Ce film de George Seaton de 1947, récompensé par trois Oscars et un Golden Globe, se déroule à New York. On y suit Maureen O’Hara, une employée de la grande chaîne de magasins Macy's, cherchant désespérément quelqu’un pour jouer le rôle du Père Noël afin d’animer sa boutique pendant les fêtes. Elle va embaucher finalement un vieil homme sympathique qui prétend être le vrai Père Noël. Devant le scepticisme de son employeur, mais aussi de la fille de celui-ci, Susan, jouée par une toute jeune Natalie Wood, le vieil homme décide d’aller au tribunal pour apporter publiquement la preuve de son identité.

 
Christmas is all around, chanté par Billy Mack, le personnage qu’incarne en 2003 Bill Nighy dans le film de Richard Curtis, Love actually, comédie romantique anglaise par excellence à travers dix histoires distinctes impliquant un large éventail de personnages, dont beaucoup sont reliés entre eux. Située principalement à Londres, l'action commence cinq semaines avant les fêtes de Noël, et se joue comme un compte à rebours jusqu'au jour J, suivie d'un épilogue un mois après les événements.
Ce film choral réunit la fine fleur des acteurs britanniques, à commencer par Hugh Grant, Liam Neeson, Emma Thompson, Colin Firth, Bill Nighy, Laura Linney, Keira Knightley ou encore Rowan Atkinson.

 
Voici à présent, le type même de film familial par excellence avec en prime une morale à la fin de l'histoire. Quoi de plus normal lorsqu'on sait que ce film américain en capture motion 3D, est un pur produit Disney, réalisé par Robert Zemeckis et sorti en 2009. L'Etrange Noël de Scrooge, mis en musique par Alan Silvestri, n'est autre qu'une des nombreuses adaptations du conte Un chant de Noël, de Charles Dickens. L'histoire nous plonge en 1843, la veille de Noël. Ebenezer Scrooge, un vieil usurier misérable d'une maison de comptage londonienne décline l'invitation de son neveu à un dîner et refuse de donner pour les bonnes oeuvres.
Seul dans sa maison, il reçoit la visite du fantôme de son associé décédé, qui l'avertit de se repentir de ses mauvaises manières ou il sera condamné dans l'au-delà. En revivant des moments de son existence, Scrooge va comprendre des choses. Véritablement transformé, il traite maintenant tout le monde avec gentillesse et compassion. Et le voilà qui incarne désormais l'esprit de Noël.
Restons dans le cinéma d'animation avec un certain Tim Burton et de biens étranges créatures en 1993…

 
Réalisé par Henry Selick d'après une histoire originale de Tim Burton et coproduit par Touchstone (filiale de Walt Disney), L'Etrange Noël de Monsieur Jack plonge le spectateur dans la ville d'Halloween, peuplé de monstres, fantômes, zombies et autres loups-garous... Jack Skellington, un épouvantail squelettique surnommé « le Roi des citrouilles » occupe ses journées à préparer la prochaine fête d'Halloween. Il assigne aux citoyens des occupations de Noël, comme chanter des chants, préparer des cadeaux, et construire un traineau conduit par un renne-squelette. Sally, une jolie poupée de chiffon secrètement amoureuse de Jack, les prévient alors en leur disant que leurs efforts créeront un désastre, mais Jack l'ignore et lui demande, au contraire, de lui coudre un manteau rouge... Complice de toujours de Tim Burton, Danny Elfman signe la bande originale de ce petit bijou d'animation pour grands enfants aimant se faire peur...

 
Quand on évoque Noël au cinéma, fatalement pour nous Français, nous vient en tête un titre et des répliques devenues cultes comme sur cet extrait du slow entre Thierry Lhermitte et Christian Clavier. Le Père Noël est une ordure, réalisé par Jean-Marie Poiré, sort au cinéma en plein été 82. La troupe du Splendid: Thierry Lhermitte, Christian Clavier, mais aussi Gérard Jugnot, Marie-Anne Chazel ou encore Anémone reprennent les rôles qu'ils tenaient, déjà, dans la pièce de théâtre du même nom créée en 1979.

Film cynique sur les travers humains, Le Père Noël est une ordure prend pour cadre, le soir de Noël, la permanence téléphonique de l'association SOS Détresse Amitié où des bénévoles sont perturbés par l'arrivée de personnages tous plus marginaux et farfelus les uns que les autres qui vont provoquer catastrophe sur catastrophe. De même que la chanson culte Destinée, chantée par Guy Marchand, la musique, est entièrement signée Vladimir Cosma...
Restons au début des années 80 avec un autre grand compositeur de musiques pour le cinéma. Son nom: Elmer Bernstein.

 
Réalisateur mondialement connu pour Thriller, le clip de tous les records de Michael Jackson, John Landis tourne en 1983 Un Fauteuil pour deux, comédie enlevėe avec Dan Akroyd et Eddie Murphy. Jeune directeur chargé des investissements chez Duke & Duke, une puissante banque de Philadelphie, Dan Akroyd va croiser la route de Billy Ray Valentine, jeune courtier combinard, mais fauché. À leur insu, tous deux vont faire l’objet d’un pari insensé de la part des frères Mortimer, puissants patrons arrogants. Ils s’arrangent pour discréditer Dan Akroyd lors d’une réunion en le faisant passer publiquement pour un voleur, ce qui conduit à son arrestation. Ce dernier va évidemment tenter par tous les moyens de regagner son rang et de discréditer Eddie Murphy qui est de mèche mais qui à son tour va se retrouver manipulé. Les deux bannis devenus à présent amis vont préparer leur revanche...
Restons dans la décennie des années 80 en compagnie de la musique de Michael Kamen qui compose en 1988 la partition de Die Hard, ou si vous préférez Piège de cristal.

 
Assault  of the tower, extrait de la bande originale de Piège de cristal, de John McTiernan en 1988. Ce film d'action à succès met en scène un officier de la police new-yorkais, John McClane qu'interprète Bruce Willis, séparé de sa femme Holly, cadre dans une puissante multinationale japonaise, la Nakatomi Corporation. Venu à Los Angeles passer les fêtes de Noël avec elle, il va se rend dans la tour où le patron de Nakatomi donne une grande soirée. Tandis qu'il s'isole pour téléphoner, un groupe de terroristes pénètre alors dans l'immeuble...
 
La Minute Judy Garland

Cette semaine, La Minute Judy Garland célèbre un anniversaire, celui de la sortie, il y a 20 ans tout juste, le 1er décembre 1999 du Monde ne suffit pas (The World is not enough), 19e volet de la série des James Bond, avec Pierce Brosnan dans le rôle de l’agent double 07. On retrouve également, pour nous Français, Sophie Marceau qui rejoignait ainsi la liste des actrices hexagonales ayant eu le privilège de figurer au casting d’une aventure du plus célèbre des agents secrets. Une manière d’introduire la spéciale Symphonie du cinéma qui sera consacrée, au mois d’avril, à la saga alors que sortira le 25e opus. Mais en 1999 dans Le Monde ne suffit pas, c’est le groupe de rock américain Garbage qui interprète le générique du film, de Michael Apted.   

 
Quelques conseils en lien avec le thème aujourd’hui :

Et tout d’abord Tarentino, de Tom Shone chez Gründ, 256 pages pour tout savoir sur l’univers et l’oeuvre du cinéaste américain, l’auteur de Pulp Fiction, Kill Bill ou du récent Il était une fois à Hollywood.
Chez AKFG, Jean-Jacques Jelot-Blanc publiait, lui, le mois dernier, Johnny Hallyday, ses plus belles images de films. Un retour que les fans apprécieront sur la carrière au cinéma de Jean-Philippe Smet, de ses débuts comme figurant dans Les Diaboliques, d’Henri-Georges Cluzot en 1954 à Rock’n’roll, de Guillaume Canet en 2017. 
Et on se quitte avec Bist du bei mir, (Es-tu avec moi ? en français) interprété en allemand par Natalie Dessay, on la retrouve, et Rolando Villazon dans Joyeux Noël, de Christian Carrion. Dans ce film de 2005, la guerre de 14-18 est au coeur de l'action à travers un épisode authentique de fraternisation le temps de la nuit de Noël 1914 entre soldats allemands et alliés sur le front des Flandres. Guillaume Canet, Dany Boon ou encore les acteurs allemands Diane Krüger et Daniel Brühl figurent au casting notamment.

 
 
Play list des titres diffusés :
 

Extrait de La Bûche, de Danièle Thompson
La Chanson de Louba, Michel Legrand, BO La Bûche
Thanksgiving Day Parade (Jingle Bells suivi de Santa Clause Is Coming To Town  et National Emblem), BO Miracle sur la 34e Rue, Cyril J. Mockridge
Christmas is all around, Bill Nighy, BO Love actually
A Christmas Carol main title, BO Le Drôle de Noël de Scrooge, Alan Silvestri
This is Halloween, BO L’Etrange Noël de M. Jack, Danny Elfman
Extrait Le Père Noël est une ordure, Destinée, Guy Marchand et Vladimir Cosma
Le Père Noël est une ordure, Générique, V. Cosma
Extrait Trading places main titles (Un Fauteuil pour deux), Elmer Bernstein
Assault of the tower, BO Piège de cristal, Michael Kamen
The World is enough, Garbage, BO James Bond : Le Monde ne suffit pas
Bist du bei mir, BO Joyeux Noël, Natalie Dessay et Rolando Villazon

Les dernières émissions

L'émission

Le samedi à 16h30

"La Symphonie du cinéma", une émission de Fabien Genest pour voyager dans l'univers des musiques de films.

Le présentateur

Fabien Genest

Journaliste de presse écrite et producteur de radio, passionné de cinéma et musique fabien.genest@rcf.fr