Promenade musicale avec Anne-Sophie Versnaeyen

Présentée par UA-153944

La Symphonie du cinéma

mercredi 6 janvier à 12h00

Durée émission : 25 min

Promenade musicale avec Anne-Sophie Versnaeyen

© DR/Anne-Sophie Versnaeyen

Compositrice de La Belle Epoque et du prochain OSS 117, Anne-Sophie Versnaeyen possède une belle carte de visite. Cette trentenaire collabore aussi, régulièrement, à des documentaires.

La Symphonie du cinéma sera consacrée, tout le mois de janvier, à des compositeurs de musique de film français actuels à travers quatre émissions. Quatre univers, quatre parcours de compositeurs en devenir ou plus confirmés. Pour cette première, commençons par une femme, elles ne sont pas si nombreuses sur le créneau très atypique de la musique de film et c’est Anne-Sophie Versnaeyen qui ouvre la série, cette semaine.

En 2019, Nicolas Bedos confiait à Annne-Sophie Versnaeyen la bande originale de son film « La Belle Epoque », une balade nostalgique et très musicale dans les années 70. Le comédien et réalisateur aura collaboré à certains morceaux et à la couleur musicale d’ensemble de la bande originale. Une collaboration fructueuse aux dires d’Annne-Sophie Versnaeyen, avant le prochain volet des aventures d’OSS 117 qui sortira, en principe, en avril. Excellent pianiste, Nicolas Bedos avait un thème qu’Anne-Sophie Versnaeyen a ensuite décliné dans différents arrangements en fonction des scènes.
La couleur d’ensemble, volontairement nostalgique, inspire un tango qui transporte le spectateur et où la clarinette, la basse et autre basson multiplient les ostinatos, c’est à dire les petites figures répétitives comme autant de petites phrases rythmiques...

Victor, joué par Daniel Auteuil, accepte la proposition de son fils, Maxime, de revivre grâce à la technologie d’une entreprise d’un nouveau genre, dirigée par Antoine, qu’interprète Guillaume Canet, l’un des meilleurs moments de sa vie, sa rencontre il y a 40 ans avec Marianne, son grand amour dans un café nommé « La Belle Epoque ». Par le biais d’artifices, d’un savant jeu de décors et d’acteurs, il va ainsi se retrouver immergé dans ses souvenirs jusqu’à se prendre au jeu, débordant largement du cadre initial. Encensé par la critique, le film a obtenu l’an dernier trois César dont celui du meilleur scénario original.

Fascinée depuis très jeune par les grands ensembles

Il y a dix ans tout juste, Anne-Sophie Versnaeyen signait sa première partition pour un long-métrage, en collaboration avec le jeune compositeur et violoniste Jiri Heger, pour le film « Requiem pour une tueuse ». A l’époque, raconte-elle, le réalisateur, Jerôme Le Gris souhaite une musique très orchestrale, un peu à la Jerry Goldsmith. Le film, qui comporte beaucoup de passages musicaux fait également la part belle à la musique de Haendel à travers le personnage de Lucrèce, interprétée par Mélanie Laurent, une tueuse à gages, éprise d’opéra qui va se faire passer pour une cantatrice afin d’éxécuter son contrat : l’élimination d’un baryton anglais mettant en péril un important projet d’oléoduc.
Fascinée depuis très jeune par les grands ensembles et un compositeur en particulier, John Williams qui est l’une des portes d’entrée quant à son désir de faire de la musique de film, Anne-Sophie Versnayen a appris les rouages du métier auprès d'un compositeur : Armand Amar et avec lequel elle entame une fructueuse entente à partir de 2009, collaborant à de nombreux projets comme en 2018 pour “Mia et le lion blanc”, le film de Gilles de Maistre.

Mia’s song”, la chanson de Mia, est interprétée par Gunnar Ellwanger sur une musique d’Anne-Sophie Versnaeyen et Armand Amar. De sa rencontre avec ce dernier, Anne-Sophie Versnaeyen parle volontiers de rencontre déterminante.  “Il avait besoin, dit-elle, de quelqu'un pour ses orchestrations. J’ai découvert vraiment le monde de la musique de film et les formations d'orchestre avec 50 musiciens. Avec Armand, on a développé un langage commun car on sait ce que chacun attend de l'autre.”

Altiste depuis l’âge de six ans, Anne-Sophie Versnaeyen, la trentaine aujourd’hui, a beaucoup travaillé sur les cordes et les voix ces dernières années, tout en composant de nombreuses musiques additionnelles comme en 2019 pour « Donne-moi des ailes », le très beau film de Nicolas Vanier.  Un film aux allures de conte de Nicolas Vanier sur un père et son fils, que tout oppose au départ mais qui vont se retrouver liés par le projet fou de sauver une espèce menacée d’oies sauvages en les guidant jusqu’en Norvège en ULM. Anne-Sophie Versnaeyen a collaboré pour le film une nouvelle fois avec Armand Amar avec lequel elle a aussi beaucoup travaillé ces dernières années pour des documentaires, une tout autre approche, confie-t-elle, à l’image de  “Marche avec les loups”, sorti sur les écrans là aussi en 2019 et que l’on doit au photographe et cinéaste animalier Jean-Michel Bertrand.

Deux ans et demi après “La Vallée des loups”, un premier documentaire dans les Alpes françaises sur les loups sauvages dans leur milieu naturel et la quête d’un aventurier rêveur pour les approcher au plus près, Jean-Michel Bertrand donnait une suite pour comprendre comment les jeunes loups quittent le territoire qui les a vus naître et la façon dont ils partent à la conquête de nouveaux horizons. Très différent de l’approche que l’on peut avoir sur  un film, où la musique doit être beaucoup plus millimètrée, le documentaire laisse davantage de place aux respirations musicales de s’installer. Un travail et une approche qu’affectionnent un certain nombre de compositeurs dont fait partie Anne-Sophie Versnaeyen. Deux collaborations illustrent son travail chez deux réalisateurs différents:   Yann Arthus-Bertrand, d’abord, puis Laurent Charbonnier, ensuite.    

« Don’t be scared sweet child », « Ne sois pas effrayé mon cher enfant », chanté par la jazzwoman suédoise Isabel Sörling une des chansons présentes sur le documentaire « Woman », sorti en 2019. Un documentaire pour lequel Yann Arthus Bertrand et la réalisatrice ukrainienne Anastasia Mikova ont rencontré et interviewé des femmes dans le monde entier qui se sont confiées à leur caméra sur des sujets aussi variés que le mariage forcé, l’excision, l’éducation ou encore la maternité. Composer la musique d’une chanson, un autre exercice de style qu’affectionne Anne-Sophie Versnaeyen qui aime, dit-elle, son côté intime, et l’univers très court qu’elle impose.
Pour « Chambord », le documentaire animalier de Laurent Charbonnier, qui allie histoire et nature, la compositrice a intégré des ambiances nocturnes et le bruit d’animaux qui peuplent le grand parc du château où cohabitent sangliers, biches, cerfs et autres martins-pêcheurs…
Dix jours et dix nuits auront été nécessaires au tournage retraçant cinq siècles de la vie du château construit sous François Ier dans le plus grand parc forestier clos en Europe.     

 

La Minute Judy Garland
Cette semaine, La Minute Judy Garland fête un anniversaire, celui d’Hayao Miyazaki. Né le 5 janvier 1941, le Japonais souffle en effet en ce début d’année ses 80 bougies. Cofondateur en 1985 des célèbres  studios Ghibli avec Isao Takahata, autre mangaka de renom, il réalise dès lors ses meilleurs films comme « Princesse Mononoke », « Le Voyage de Chihiro » ou le plus récent « Le Vent se lève ». En 1988 sort « Mon Voisin Totoro », une histoire axée autour de l’innocence et de l’enfance avec une dimension surnaturelle comme souvent chez Miyazaki. Joe Hisaishi, son compositeur fétiche, en signe la bande originale d’où est extrait la chanson éponyme que l’on retrouve au générique de fin et qu’interprète la chanteuse Azumi Inoue.
L’occasion de vous signaler, si vous aimez la délicatesse de ses films et son univers, que La Symphonie du cinéma consacrera une émission au maître du manga animé, début février. 

Quelques conseils…
La bande originale pour « La Belle Epoque », d’Anne-Sophie Versnaeyen disponible en vinyle ou CD chez Milan, ainsi qu’en version dématérialisée sur les plateformes de téléchargement. Si vous souhaitez voir ou revoir le film, sachez qu’il est disponible en DVD ou Blueray chez Orange Studio.
Autre DVD que je vous conseille, le très beau documentaire de Laurent Charbonnier sur le château de Chambord, conté par la voix de Cécile de France et distribué en DVD par France Télévisions.
 

Play list des titres diffusés :
Générique de fin, BO « La Belle Epoque », Anne-Sophie Versnaeyen
« La Ronde », BO « La Belle Epoque », Anne-Sophie Versnaeyen
« Fatal injuries », BO « Requiem pour une tueuse », Anne-Sophie Versnaeyen
« Mia’s song », BO « Mia et le lion blanc », Gunnar Ellwanger. Musique:  Anne-Sophie Versnaeyen, Armand Amar
« Thomas s’enfuit », BO « Donne-moi des ailes ». Anne-Sophie Versnaeyen, Armand Amar
« Préservation de l’équilibre », BO « Marche avec les loups », Anne-Sophie Versnaeyen, Armand Amar
« Don't be scared sweet child », BO « Woman », Isabel Sörling. Musique : Anne-Sophie Versnayen
« Les Marcassins, BO « Chambord », Anne-Sophie Versnaeyen
« Tonari Totoro » BO « Mon Voisin Totoro », Azumi Inoue. Musique : Joe Hisaishi
« Moonlight embrace », BO « L’Histoire de l’amour ». Musique : Anne-Sophie Versnaeyen, Armand Amar

Les dernières émissions

L'émission

Le samedi à 16h30

"La Symphonie du cinéma", une émission de Fabien Genest pour voyager dans l'univers des musiques de films.

Le présentateur

Fabien Genest

Journaliste de presse écrite et producteur de radio, passionné de cinéma et musique fabien.genest@rcf.fr