Education nationale en manque de profs: augmenter les salaires ne suffit pas

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Temps de le dire

mercredi 1 juin 2016 à 9h03

Durée émission : 55 min

Le Temps de le dire

© Cyril BADET/CIRIC / Elèves durant un cours. Collège Sainte Clotilde, Le Raincy (93), France

Nécessaire mais insuffisante. L'annonce de la hausse des salaires des enseignants ne répond pas à la crise de la transmission que traverse notre société. On en parle avec Stéphanie Gallet.

Mardi 31 mai 2016, la ministre de l'Education nationale a dévoilé un plan de revalorisation des salaires des enseignants. Près d'un milliard d'euros seront mis sur la table d'ici 2020. Et dès le 1er janvier 2017 les professeurs gagneront 50 euros bruts mensuels en plus. Le geste a été salué par les syndicats. "C'était un geste nécessaire", pour Yann Diraison. Il ajoute cependant: "Dans la quesiton de la baisse du nombre de jeunes qui s'engagent dans ce métier il n'y a pas que le salaire." On sent bien en effet que la crise de l'école en France est complexe. On n'achète pas le goût d'enseigner et la passion de transmettre.

Chaque année reviennent les mêmes questions - les mêmes inquiétudes - dans les foyers de France: y aura-t-il un professeur de mathématiques à la rentrée? Les cours seront-ils tous assurés? En 2015, un quart des postes n'étaient pas pourvus. Les concours de l'Enseignement seraient les moins sélectifs de la fonction publique. Comment donner envie aux jeunes de devenir enseignants? En 2016, un collectif organise pour la deuxième fois la Fête des profs, pour donner l'occasion à chacun de redire combien les enseignants ont été importants dans nos vies.
 

"Si les parents ne respectent pas les enseignants, les enfants ne les respecteront pas." C'est l'opinion d'Henriette, auditrice de RCF dans l'Allier. Opinion partagée par les invités de Stéphanie Gallet. "Il faut en tant que parent prendre conscience que le métier d'enseignant est très difficile", explique Yann Diraison. Il pointe du doigt la pression de la réussite répandue dans notre société, qui pousse à rejetter la faute sur les enseignants quand l'enfant a de mauvaises notes. Enfin, il est clairement demandé aux parents de cesser de critiquer les professeurs devant leurs enfants! "On ne peut demander à l'enfant de choisir entre l'autorité des parents ou celle de son enseignant".

La crise des vocations éducatives est liée à une crise plus large autour de la transmision. L'éducation est un secteur d'activité où l'on fait face à toutes les difficultés de la société. Selon Yann Diraison on en demande même trop à l'école, "y compris ce qu'elle n'est pas capable de faire". Marc Vannesson observe lui aussi: "On attend tout de l'école, on ne sait plus ce que les parents doivent faire par rapport à l'école, quel doit être leur degré d'implication". Redonner du sens à l'éducation, c'est tout le combat du think tank Vers le haut qui propose d'ailleurs un Grenelle de l'Education "pour redire clairement ce que l'on attend de l'école et des enseignants".

Invités

  • Marc Vannesson , délégué général du think tank Vers le haut

  • Luc Fossey , directeur régional Nord-Ouest d'Apprentis d'Auteuil

  • Yann Diraison , délégué général du département Ressources humaines au Secrétariat général de l'Enseignement catholique

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours du lundi au vendredi, à partir du lundi 4 septembre 2017

La grande émission interactive pour aborder tous les sujets de société, qui font l'actualité. Antoine Bellier reçoit ses invités pour réfléchir, approfondir, apprendre et donner du sens à tous les sujets du moment. Posez vos questions ou témoignez en direct pendant l’émission 04 72 38 20 23 ou par mail à l'adresse letempsdeledire[arobase]rcf.fr.

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.