Avignon, 70 ans de festival

Présentée par

S'abonner à l'émission

La suite de l'Histoire, l'intégrale

samedi 2 juillet 2016 à 14h00

Durée émission : 55 min

Avignon, 70 ans de festival

© Festival d'Avignon/Agnès Varda/Enguerand - 1952, Gérard Philipe, Jean Vilar, Léon Gischia dans la Cour d'honneur du Palais des papes

Le 6 juillet 2016, le festival d'Avignon ouvre sa 70è édition. Retour sur les débuts d'une aventure théâtrale et artistique sans équivalent. Melly Puaux répond à Véronique Alzieu.

Jean Vilar, Maria Casarès, Alain Cuny ou Gérard Philipe... leurs noms sont à jamais associés à l'histoire du festival d'Avignon. Un festival devenu aujourd'hui une véritable institution, il est la plus grande manifestation de théâtre en France et l'une des plus importantes au monde, par le nombre de ses représentations. Du 6 au 24 juillet 2016, on célèbre sa 70è édition.

"Le festival a toujours été le reflet d'un état de société", dit celle qui a été le témoin privilégiée de l'âge d'or du festival. Epouse de Paul Puaux, l'ami fidèle et successeur de Jean Vilar à la tête du festival, Melly Puaux a co-fondé la Maison Jean-Vilar et s'emploie à cultiver la mémoire du festival. "Jean Vilar craignait que ça se dégrade et que ça prenne un autre chemin que celui qu'il avait insufflé." Esprit qui a selon elle perduré durant 30 et quelques années, mais "depuis 35 ans, dit-elle, c'est autre chose..."

"Cette cour du Palais des papes, il faut la voir quand elle est déserte,
elle est extrêmement belle et imposante et simple en même temps.
"
Jean Vilar

 

Putôt que festival, c'est le mot rencontres qui "plaisait bien" à Jean Vilar, rappelle Melly Puaux. De Sète, où il est né en 1912 - la ville de Paul Valéry et de Georges Brassens - jusqu'au festival d'Avignon, ce sont en effet des rencontres qui ont guidé Jean Vilar. Parti sans un sous à Paris étudier les lettres à la Sorbonne, il doit à Charles Dulin, le maître de Jean Marais, de Jean-Louis Barrault ou du mime Marceau et de tant d'autres, d'avoir appris l'art dramatique. Plus tard c'est une rencontre, décisive, avec René Char, ce poète de L'Isle-sur-la-Sorgue, et Christian Zervos, qui lui font voir autrement la Cour d'honneur du Palais des papes d'Avignon. "Cette cour du Palais des papes, il faut la voir quand elle est déserte, elle est extrêmement belle et imposante et simple en même temps", disait Jean Vilar.

Quant à Melly Puaux c'est le dépouillement des lieux qui l'a saisie lors de la représentation en 1963 de "Thomas More". Sur une scène "nue, sans aucun décor", elle a "vu couler la Tamise" et ces "images que l'on m'a laissé la liberté d'imaginer", se souvient-elle.

Invités

  • Melly Puaux, co-fondatrice de la maison Jean-Vilar, historiographe de Jean Vilar

Les dernières émissions

L'émission

Le samedi à 14h

Des grands événements qui ont façonné les civilisations aux personnalités qui ont marqué les consciences, Véronique Alzieu se tourne vers notre histoire. Une émission pour mieux comprendre le monde dans lequel on vit. Le week-end, elle vous offre l'intégrale du feuilleton proposé du lundi au vendredi. 

Le présentateur

Véronique Alzieu

Journaliste à RCF depuis 1993, Véronique s'est spécialisée au fil des ans dans le domaine de la foi, de la vie spirituelle et de la recherche de sens. Elle a choisi la radio parce que c'est un média de proximité, chaleureux sans être intrusif. Son léger accent trahit ses origines pyrénéennes qu'elle revendique avec joie!