Bien avant le christianisme, les Egyptiens et la résurrection

Présentée par

S'abonner à l'émission

Grand Angle

mardi 8 mars 2016 à 17h03

Durée émission : 55 min

Bien avant le christianisme, les Egyptiens et la résurrection

© Wikimédia commons / Osiris debout, Tombe de Senedjem - XIXè dynastie

Dès l'aube du IIIè millénaire avant notre ère, les Égyptiens ont pensé la vie après la mort. Pour eux, on était appelé à devenir dieu parmi les dieux. On en parle avec Christophe Henning.

La résurrection, cette espérance folle qui est au coeur de la foi chrétienne, n'a pas attendue la venue de Jésus pour émerger dans les croyances. Dès l'Antiquité les hommes s'interrogent sur la vie après la mort, en Egypte par exemple. Dès l'aube du IIIè millénaire avant notre ère, les Egyptiens ont lancé cette idée que l'homme "n'est pas fait pour l'anéantissement, que l'ego humain se survit au delà de la mort", explique Christian Cannuyer.

Dans la religion égyptienne la mort est une imitation d'Osiris, décrit comme un dieu bon, qui naît, meurt et ressuscite. Pour les Egyptiens, on est appelé à devenir dieu parmi les dieux si l'on se conforme durant sa vie à la maât, loi d'harmonie cosmique et sociale. "Les Egyptiens ont pensé une analogie entre la solidarité entre les hommes et l'harmonie cosmique dont vivent les dieux", décrit l'égyptologue. La religion égyptienne s'est éteinte vers la fin du Vè siècle av. J.-C.: jusqu'à cette époque elle était très vivace.

"La précocité et l'enthousiasme avec lesquels les Egyptiens ont embrassé le christianisme dans les premiers siècles de l'ère chrétienne est dûe au fait que leurs ancêtres avaient bien préparé le terrain", pense Christian Cannuyer, qui appuie l'idée d'un particularisme égyptien.

 

Dans la religion hébraïque il n'y a pas de trace de résurrection individuelle. Ce n'est qu'à partir du IVè siècle av. J.-C., seulement, que l'on trouve quelques attestations de l'au-delà dans des textes hébreux et araméens. Ce que l'on a surtout cherché c'est comment se reconstitue l'équilibre social, cosmique et anthropologique après la mort, vue comme la fin de l'expérience éthique et de la responsabilité. André Paul, qui a longuemment étudié les textes hébreux anciens, explique que "cette idée de conscience morale chemine avec l'idée platonicienne de l'immortalité de l'âme, puis de l'esprit". Le christianisme apporte, lui, l'idée d'une résurrection de la chair.

Emission en partenariat avec Le Monde de la Bible

Invités

  • Benoît de Sagazan, journaliste, rédacteur en chef du Monde de la Bible

  • Christian Cannuyer, historien, égyptologue, enseignant à l'Université catholique de Lille, président de la Société belge d'études orientales

  • André Paul, théologien, historien

  • Bertrand Beyern, guide-conférencier au Père-Lachaise

Les dernières émissions

L'émission

Le mardi à 17h03 et le samedi à 19h

Spiritualité, patrimoine, littérature, vie de l'Église, développement personnel... Chaque semaine, Christophe Henning anime une table ronde pour engager la discussion avec des acteurs de la vie culturelle, sociale, spirituelle.

Le présentateur

Christophe Henning

Journaliste de presse écrite dans le groupe Bayard, Christophe veut susciter le débat et favoriser la rencontre des témoins. Lecteur infatigable, il partage volontiers ses coups de cœur. Dans les studios parisiens de RCF, il donne la parole aux auteurs, mais aussi aux acteurs de la société et de l’Eglise.