Ce que les grands hommes doivent à leur mère

Présentée par

S'abonner à l'émission

La suite de l'Histoire, l'intégrale

jeudi 24 août 2017 à 17h03

Durée émission : 55 min

Ce que les grands hommes doivent à leur mère

© Wikimédia Commons / Saint Louis confiant la régence à sa mère Blanche de Castille, par Joseph-Marie Vien

Saint Augustin et sainte Monique, Blanche de Castille et saint Louis... Derrière chaque grand homme se cacherait une femme. Et souvent leur mère, aimante ou castratrice.

"On a longtemps pensé que trop de tendresse rendait l'enfant trop fragile." Ainsi jusqu'à la fin du XVIIè siècle / début du XVIIIè, les enfants étaient ôtés à leur mère dès l'âge de 7 ans, pour passer dans les mains de précepteurs. Et cependant "on n'en a jamais fini avec son enfance", dit l'historienne, et l'influence des mères sur la vie des grands hommes a nécessairement eu quelque chose de décisif dans leur vie. Ce que démontre Sabine Melchior-Bonnet avec "Les grands hommes et leur mère" (éd. Odile Jacob).
 

Psychanalyse et histoire

Néron, Martin Luther King, saint Augustin, Churchill, Louis XIV, François Ier, Staline ou Lamartine... Quel impact ont eu leur mère sur ces hommes qui ont marqué l'histoire? Sans les passer au crible de la psychanalyse, on ne peut se défaire de l'héritage freudien en la matière. Sabine Melchior-Bonnet s'en inspire mais c'est en historienne qu'elle étudie les grands hommes et leur mère. Ainsi, à propos de Goethe, le père de la psychanalyse disait qu'une mère qui pousse son fils avec intelligence et amour est un ressort de sa réussite. "Comme les femmes n'ont pas de pouvoir, le fait que leur fils devienne un grand homme leur donne à elle une sorte de puissance qu'elle n'aurait pas eue sans ça."
 

De la virago à la mère aimante

L'un des mots qui revient très souvent dans les sources que Sabine Melchior-Bonnet a compilées, est la "virago". Dès Néron et sa mère Agrippine jusqu'à Blanche de Castille, la mère de saint Louis, en passant par sainte Monique, mère de saint Augustin, une bonne mère est décrite comme "une bonne virago". C'est-à-dire que ces femmes ont été louées pour "leur cœur d'homme et leur esprit d'homme".
 

Émission enregistrée en janvier 2017

 

Invités

  • Sabine Melchior-Bonnet, spécialiste d'histoire moderne et contemporaine et de l'histoire des mentalités en Occident

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le samedi à 14h

Des grands événements qui ont façonné les civilisations aux personnalités qui ont marqué les consciences, Véronique Alzieu se tourne vers notre histoire. Une émission pour mieux comprendre le monde dans lequel on vit. Le week-end, elle vous offre l'intégrale du feuilleton proposé du lundi au vendredi. 

Le présentateur

Véronique Alzieu

Journaliste à RCF depuis 1993, Véronique s'est spécialisée au fil des ans dans le domaine de la foi, de la vie spirituelle et de la recherche de sens. Elle a choisi la radio parce que c'est un média de proximité, chaleureux sans être intrusif. Son léger accent trahit ses origines pyrénéennes qu'elle revendique avec joie!