Comment et pourquoi construit-on un "grand homme"?

Présentée par

S'abonner à l'émission

Les Racines du présent

lundi 6 août à 19h30

Durée émission : 55 min

Comment et pourquoi construit-on un "grand homme"?

© wikimédia Commons - François Ier, le général Grant et le maréchal de Lattre

Le maréchal de Lattre, le général Grant ou François Ier. Comment a-t-on fait de la vie de ces grands hommes un véritable récit national? Que cache la légende? Décryptage.

Le maréchal de Lattre, le général Grant et François Ier ont fait l'objet ces dernières années d'importantes biographies. Trois grands hommes comme l'histoire en fabrique. Que se cache-t-il derrière le récit national ou la légende bâtie ?
 

"Pour avoir une mémoire à long terme d'un personnage il faut l'adapter, et ce personnage-là doit s'adapter aux valeurs d'une société qui évolue"

 

Jean de Lattre de Tassigny (1889-1952), construire soi-même son propre mythe

Après "une brillante Première Guerre mondiale", c'est au cours de la Seconde Guerre mondiale que Jean de Lattre se révèle un grand chef de guerre. Issu d'une famille d'origine aristocratique et très catholique, avec des penchants monarchiques, l'officier s'est construit lui-même son propre mythe, faisant très tôt appel à la presse. "Il a compris très tôt l'intérêt de faire sa publicité", raconte Ivan Cadeau auteur de la biographie "De Lattre" (éd. Perrin).  la situation.

Une personnalité extrêmement controversée. Ivan Cadeau perçoit chez cet homme un peu théâtral et caractériel, "un écorché vif" animé d'un fort "besoin de reconnaissance". Dans une "période de crise" comme celle où de Lattre a émergé, "il faut des caracères forts" estime Ivan Cadeau, "pour prendre des décisions et assumer ses choix". Quant à sa mémoire, si aujourd'hui il y a des rues et des places qui portent son nom qui connaît vraiment de Lattre ? Où sont les films et les romans qui l'immortalisent ?

 



 

Ulysse S. Grant (1822-1885), être au bon moment au bon endroit

Plus qu'un grand homme, Ulysse S. Grant a été "au bon endroit au bon moment". Aujourd'hui encore, la mémoire de cet acteur essentiel de la victoire du Nord contre les États confédérés d'Amérique, le 9 avril 1865, a beau être entretenue par un somptueux mausolée à Washington, elle n'est pas acceptée de la même façon partout en Amérique. La guerre de Sécession à laquelle il a pris part a fait plus de 620.000 morts - près de 750.000 selon les dernières - et côté confédéré, ce qu'a vécu la population est comparable à une Première Guerre mondiale. Reste que Ulysse S. Grant a réellement recherché la réconciliation et la paix.

"Enfant timide et effacé, fermier malhabile, employé obscur, fiancé transi, mari fidèle, père aimant." Vincent Bernard, auteur de la biographie "Ulysses S. Grant" (éd. Perrin) décrit également un caractère "indolent, dépressif et alcoolique" mais un soldat courageux. Ce qui fascine les biographes du 18e président des États-Unis c'est une "mutiplicité de vies successives" durant lesquelles Grant a connu à la fois "les tréfonds de l'opprobre et les plus hauts sommets de la gloire". "Les historiens américains s'interrogent toujours pour savoir si c'était un type très simple ou d'une profondeur abyssale."

 



 

François Ier (1494-1547), la légende du roi fantasmé

Au XXIe siècle, il est aussi populaire que Louis XIV et Henri IV. Pour Didier Le Fur, auteur de "François Ier" (éd. Perrin), c'est surtout une figure écrasée par ces légendes. Contrairement à ce que l'on pourrait croire, il existe peu de documents ou d'éléments précis concernant la vie de François Ier. Beaucoup de textes vantent ou critiquent son action, mais l'historien parle de "souvenirs bâtis sur des vides, des contresens ou des rumeurs à partir de jugements de valeurs personnels et idéologiques".

L'image de François Ier vainqueur de Marignan et roi chevalier, prince modèle de la Renaissance qui a fait sortir le royaume de France du Moyen Âge, cette image-là a été amplement développée et entretenue au... XIXè siècle. "Pour avoir une mémoire à long terme d'un personnage il faut l'adapter, et ce personnage-là doit s'adapter aux valeurs d'une société qui évolue."

 

Émission enregistrée en janvier 2018

 

Invités

  • Didier Le Fur , historien, spécialiste des XVe et XVIe siècles français, éditeur

  • Vincent Bernard , historien, spécialiste d'histoire militaire

  • Ivan Cadeau , officier, historien, enseignant dans les écoles supérieures des cadres de l’armée de terre, rédacteur en chef de la Revue historique des armées

  • Jean-Claude Raspiengeas , journaliste, grand reporter au service Culture du quotidien La Croix, critique littéraire

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 19h30

L’actualité, nationale et internationale, s’enracine dans notre histoire. Chaque événement peut être relié au passé pour en trouver des clés de compréhension. Relire l’histoire, c’est ainsi mieux connaître et comprendre le présent. Chaque semaine, Frédéric Mounier, journaliste à La Croix, invite des historiens à croiser leurs regards sur un sujet contemporain pour mieux appréhender notre présent et envisager l’avenir. > Les Racines du présent, le blog de Frédéric Mounier

Le présentateur

Frédéric Mounier

Ancien correspondant de "La Croix" au Vatican, Frédéric a toujours été passionné par la vie politique… et la radio. Il a grandi à Paris à l'ombre de la Maison de la Radio. Les jeudis, il hantait les Studios, notamment ceux des « Radioscopie » de Jacques Chancel. Peut-être en reste-t-il quelque chose dans "Face aux Chrétiens" ?