Corée du Nord - Les Kim ne sont pas fous!

Présentée par

S'abonner à l'émission

Les Racines du présent

lundi 11 décembre 2017 à 21h00

Durée émission : 55 min

Corée du Nord - Les Kim ne sont pas fous!

© Wikimédia commons / Peinture murale de Kim Il-sung prononçant un discours à Pyongyang

Cela peut sembler troublant à dire mais la dynastie des Kim qui règne sur la Corée du Nord depuis trois générations, n'est pas folle. Le régime est même cohérent et rationnel.

Régulièrement Kim Jong-un, le chef d'État de la Corée du Nord, tire des fusées intercontinentales qui menacent le territoire américain. Donald Trump, réputé pour son imprévisibilité, souffle plus le chaud que le froid sur cette région du monde où le géant chinois, puissance nucléaire, militarise la mer de Chine du Sud, tandis que le Japon songe à convertir sa force de défense en véritable puissance militaire. Dans cet Extrême-Orient devenu zone de tous les dangers, la Corée du Sud, géant économique mondial, prospère à quelques kilomètres de son voisin du Nord, le long d'une zone démilitarisée, territoire parmi les plus étanches de la planète.
 

"La cohérence, la rationalité et même le charme, ce sont des choses que de nombreux observateurs, parfois éblouis, ont dit aussi à propos de gens comme Staline, comme Hitler ou comme Mao Zedong !"

 

Les Kim ne sont pas fous

"Ils ne se seraient pas maintenus au régime pendant autant de temps s'ils avaient véritablement été fous, ils sont rationnels", disait Juliette Morillot chez nos confrères d'Europe 1 le 19 septembre 2017. Le journaliste Dorian Malovic, avec qui elle a signé "La Corée du Nord en 100 questions" (éd. Tallandier) tient lui aussi ce discours. "Il serait vraiment temps de réaliser que cette dynastie Kim, diabolisée depuis 40 ans, effectivement n'est pas folle !" Le 17 octobre dernier, le chef du service Asie du journal La Croix était de retour de Corée du Nord.
 

 

Les Nord-Coréens ne sont pas fous, ils sont même très cohérents. "Cela fait partie des directions politiques à l'échelle mondiale qui a la plus grande continuité", observe Jean-Louis Margolin. Si l'on devait comparer à une monarchie, elle n'aurait rien de constitionnelle mais serait bien absolue. Les Kim, pour ceux qui les ont fréquentés ont paru cohérents, rationnels, capables de se montrer charmants à l'occasion. Mais l'historien prévient : attention à ne pas "minimiser le péril" : "La cohérence, la rationalité et même le charme, ce sont des choses que de nombreux observateurs, parfois éblouis, ont dit aussi à propos de gens comme Staline, comme Hitler ou comme Mao Zedong !"

 



 

Corée du Nord : comment en est-on arrivé là ?

"Il y a des racines profondes au communisme dans le pays." La péninsule coréenne est restée unifiée en gros du VIIè siècle jusqu'en 1945 - c'est-à-dire y compris sous la domination japonaise, à partir de 1905. C'est après la défaite du Japon qu'elle a été divisée en deux. La tentative de réunification en 1950 par la Corée du Nord, et qui s'est soldée par une guerre de trois ans, a été une première occasion pour Kim Il-sung (1912-1994) de prendre son autonomie vis-à-vis de l'URSS. Lui-même est né dans une caserne de l'Union soviétique et a passé en URSS les années de la Seconde Guerre mondiale.
 

 

Invités

  • Dorian Malovic , journaliste, chef du service Asie au quotidien La Croix

  • Jean-Louis Margolin , historien, spécialiste de Singapour, Taïwan et la Corée du Sud, maître de conférences à l'université d'Aix-Marseille

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le lundi à 21h, le vendredi à 17h03 et le samedi à 14h

L’actualité, nationale et internationale, s’enracine dans notre histoire. Chaque événement peut être relié au passé pour en trouver des clés de compréhension. Relire l’histoire, c’est ainsi mieux connaître et comprendre le présent. Chaque semaine, Frédéric Mounier, journaliste à La Croix, invite des historiens à croiser leurs regards sur un sujet contemporain pour mieux appréhender notre présent et envisager l’avenir. > Les Racines du présent, le blog de Frédéric Mounier

Le présentateur

Frédéric Mounier

Ancien correspondant de "La Croix" au Vatican, Frédéric a toujours été passionné par la vie politique… et la radio. Il a grandi à Paris à l'ombre de la Maison de la Radio. Les jeudis, il hantait les Studios, notamment ceux des « Radioscopie » de Jacques Chancel. Peut-être en reste-t-il quelque chose dans "Face aux Chrétiens" ?