Dorothy Day (8/8) Le pèlerinage est terminé

Présentée par PR-22163

S'abonner à l'émission

Dorothy Day : "Je ne suis pas une sainte"

dimanche 30 août à 7h30

Durée émission : 12 min

Dorothy Day (8/8) Le pèlerinage est terminé

© éditions Tallandier - D'après la couverture du livre "Dorothy Day - La révolution du cœur"

Ce sont les dernières années de la vie de Dorothy Day, lentement elle se laisse aller vers Dieu, non sans passer une dernière fois en prison.

00:00

00:00

LES PODCASTS DE L'ÉTÉ - Dès le 6 juillet, RCF est à l'heure d'été. Tous les dimanches, découvrez DOROTHY DAY, JE NE SUIS PAS UNE SAINTE. Un podcast réalisé par Baudoin de Guillebon, journaliste RCF et co-auteur de "Dorothy Day - La révolution du cœur" (éd. Tallandier, 2018).
> En savoir plus sur les podcasts de l'été

 

À la fin de l'année 1951, dans une maison bruyante et sans dessus dessous d'un quartier populaire de New York, Dorothy Day écrit les derniers mots de son autobiographie. "Nous avons tous connu la longue solitude et nous avons appris que la seule solution est l'amour et que l'amour arrive avec la communauté." Citée par le pape François au congrès des États-Unis comme l'un des quatre figures américaines majeures du siècle dernier, prise en filature une grande partie de sa vie par le FBI d'Edgar Hoover, emprisonnée pour ses idées anarchistes, admirée par Hannah Arendt, appelée "ma sœur" par mère Teresa, à la fois inclassable et controversée, Dorothy Day nous invite à entrer dans sa vie.

 

la vieillesse et la pauvreté

Si l'âge apporte la sagesse, il apporte aussi son lot de souffrances et de désagrément. Dorothy Day, qui a vécu toute sa vie entourée d'amis, de pauvres, n'a jamais mis d'argent de côté pour ses vieux jours. Elle va vivre la pauvreté jusqu'à la fin de sa vie. Dans sa chambre passent et repassent les visiteurs, des enfants pleurent dans les chambres voisines. Quelle patience faut-il pour supporter son prochain ! L'amour en pratique devient une peine et parfois un supplice.

Au Catholic Worker, beaucoup de jeunes volontaires ne comprennent pas la dévotion de Dorothy. On la dit dogmatique et moralisatrice, pourtant elle semble favorable aux avancées proposées par Vatican II. Une seule conséquence de ce concile la chagrine, la perte de la beauté de la liturgie. Dorothy le répète, elle est progressiste pour la lutte sociale mais résolument traditionaliste dans sa foi.

 

"LE PÈLERINAGE EST TERMINÉ"

Les médecins lui diagnostiquent un œdème pulmonaire. Mais quand, en 1973, elle est invitée dans le sud des États-Unis pour soutenir la cause des fermiers chicanos par la chanteuse Joan Baez et le syndicaliste paysan Cesar Chavez, Dorothy Day se joint à leur manifestation non-violente. À 76 ans, elle est enfermée avec les autres manifestants.

Le 29 novembre 1980, dans sa chambre, sa fille Tamar lui tient la main. Sous ses yeux des photos accrochées au mur : l'une d'elle la montre en compagnie de Mère Teresa. Toutes les deux sont âgées, elles discutent comme deux amies partageant leurs souvenirs. Souvenirs de ces vies données aux pauvres ? Bercée par la musique de Brahms, Dorothy rend son dernier souffle. Lors de ses funérailles, se côtoient des prêtres, des évêques, des ouvriers, des religieuses, des féministes, des curieux...

 

"ne dites pas que je suis sainte"

"Ne dites pas que je suis sainte, quand on vous appelle sainte c'est qu'on ne vous prend pas au sérieux." Ces paroles de Dorothy Day ont été rapportées par son éditeur. Les a-t-elle vraiment prononcées ? Peu importe, ces mots résument sa pensée et son action. Le saint est trop souvent placé dans sa niche, on le dresse sur un piédestal pour l'adorer ou l'oublier. Bientôt il fera partie du patrimoine, du décor, une sorte de sainteté muséifiée. Et un saint dans sa niche, ça ne dérange plus personne.

 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le dimanche à 7h30 et 20h45

Proche du communisme dans sa jeunesse, la journaliste américaine Dorothy Day (1897-1980) vit une lente conversion vers le catholicisme qu'elle considère comme "l'Église des pauvres". Suivez son histoire tout en étant bercé par les rythmes d'une musique américaine en pleine évolution ! Un podcast réalisé par Baudoin de Guillebon, journaliste RCF et co-auteur de "Dorothy Day - La révolution du coeur" (éd. Tallandier, 2018)

Le présentateur

Baudouin de Guillebon