Françoise Dolto dans l'histoire de la psychologie enfantine

Présentée par

S'abonner à l'émission

La suite de l'Histoire, l'intégrale

samedi 7 septembre à 16h00

Durée émission : 55 min

Françoise Dolto dans l'histoire de la psychologie enfantine

© Wikimédia Commons - Françoise Dolto

Françoise Dolto a joué un grand rôle dans la compréhension des troubles du comportement chez l’enfant. Grâce à Dolto, il est vu comme un être à part entière à qui il faut parler vrai.

"Beaucoup de choses commencent à bas bruit, les parents ne les prennent pas au sérieux ou plutôt les médecins ne les prennent pas au sérieux. Et les parents savent qui sont déjà ennuyés, leur enfant a changé. Ils voudraient savoir comment faire. Et très souvent ils pourraient trouver comment faire s'ils réfléchissaient un peu. Ce que je voudrais c'est aider les parents à réfléchir à ce qu'ils pourraient faire."
Françoise DOLTO

 

D'octobre 1976 à octobre 1978, tous les jours sur France Inter, une psychanalyste du nom de Françoise Dolto (1908-1988) répond au courrier des auditeurs. L'objectif est d'aider les parents à trouver des réponses face aux difficultés qu'ils rencontrent dans l'éducation de leur enfant. Le succès est immense et Françoise Dolto acquiert une vraie notoriété auprès du grand public français. On parle même de doltomania. Mais qui est Françoise Dolto ? Pourquoi et comment a-t-elle consacré sa carrière, voire sa vie entière, à la cause des enfants ? Et pourquoi certains de ses travaux suscitent encore parfois la polémique ? Réponses d'Annick Ohayon.

"On fait tous du Dolto sans le savoir"

 

Dolto aujourd'hui

"On fait tous du Dolto sans le savoir." Dans l'histoire de l'éducation, il y aura un avant et un après Dolto. "Elle a permis de réfléchir aux événement banals de la vie quotidienne d'une famille et de l'éducation et de faire la part de ce qui n'est pas grave et de ce qui est le symptôme d'une psychose."

Depuis plus de 30 ans que Françoise Dolto est morte, la société française a cependant beaucoup changé. "En particulier du point de vue de la peur que peuvent avoir les parents sur le devenir scolaire de leur enfant", explique Annick Ohayon, qui observe que, là où dans les années 60 et 70 une ascension sociale était possible, "maintenant la réussite scolaire est l'inquiétude principale des parents".
 

L'enfance de Françoise Dolto

"De tous les psychanalystes français Françoise Dolto est celle qui a le plus ressenti le besoin d'expliquer son œuvre par sa vie et de faire de sa vie presque un roman ou une légende." Née en 1908, dans une famille bourgoise catholique traditionnaliste, de père ingiénieur polytechnicien, Françoise Marette a eu une enfance marquée par divers événements assez traumatisants, dont elle a beaucoup parlé. Premier événement traumatique à huit mois, la nounou qu'elle adorait est renvoyée. La petite Françoise a failli en mourir : plus tard, "elle reviendra là-dessus pour montrer à quel point l'enfant tout petit a une vie psychique et qu'il peut souffrir d'un sentiment d'abandon".

Petite fille très intelligente, qui fait beaucoup rire autour d'elle, Françoise Marette connaît à 12 ans un deuxième événement marquant, la mort de sa sœur Jacqueline, atteinte d'un cancer. Sa mère, qui a énormément souffert de cette disparition, a dit un jour à Françoise qu'elle n'avait pas suffisamment prié pour que sa sœur soit sauvée. "On peut imaginer les affres de cette petite fille qui à la fois venait de perdre sa grande sœur qu'elle aimait beaucoup et se retrouver face à cette culpabilité que la mère avait mise en elle." 
 

La psychiatrie de l'enfant au temps de Dolto

En parallèle de ses études de médecine, entre 1934 et 1937 Françoise Dolto suit une psychanalyse. En 1939, elle soutient sa thèse de médecine, "Psychanalyse et pédiatrie" et adhère à la Société psychanalytique de Paris, qui marque le début de sa carrière. "Sa thèse n'a pas été un succès, beaucoup de ses collèges ont ri parce qu'elle parlait de pipi au lit et de bébés vomisseurs." Pourtant, elle a eu "des intuitions fulgurantes et essentielles". 

Comme l'explique Annick Ohayon, "la psychiatrie de l'enfant à l'époque était déterminée par une notion fondamentale, qui était la notion de perversion instinctive, c'est-à-dire qu'on faisait un lien très fort entre anormalité et délinquance". D'un côté les enfants nés pour faire le mal, les "pervers instinctifs", et de l'autre les "pervertis", ceux qui sont "récupérables"...

 

Invités

  • Annick Ohayon, historienne, spécialiste de l'histoire de la psychologie et de la psychanalyse, maître de conférence à l'université Paris-VIII, chercheuse à l’EHESS et à l’Inserm

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le samedi à 14h

Des grands événements qui ont façonné les civilisations aux personnalités qui ont marqué les consciences, Véronique Alzieu se tourne vers notre histoire. Une émission pour mieux comprendre le monde dans lequel on vit. Le week-end, elle vous offre l'intégrale du feuilleton proposé du lundi au vendredi. 

Le présentateur

Véronique Alzieu

Journaliste à RCF depuis 1993, Véronique s'est spécialisée au fil des ans dans le domaine de la foi, de la vie spirituelle et de la recherche de sens. Elle a choisi la radio parce que c'est un média de proximité, chaleureux sans être intrusif. Son léger accent trahit ses origines pyrénéennes qu'elle revendique avec joie!