Il y a 120 ans, l'affaire Dreyfus divisait les Français

Présentée par

S'abonner à l'émission

La suite de l'Histoire, l'intégrale

samedi 30 novembre à 16h00

Durée émission : 55 min

Il y a 120 ans, l'affaire Dreyfus divisait les Français

© Wikimédia Commons - Journal L’Aurore du 13 janvier 1898

La France entière s’est emparée de l’affaire Dreyfus. Cette histoire de trahison sur fond d’antisémitisme réunit tous les éléments d’une dramaturgie symptomatique d’une époque.

00:00

00:00

L'affaire Dreyfus fait partie des affaires judiciaires les plus marquantes de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Elle a enflammé l'opinion des Français et les a surtout divisés - en 1899 elle atteignait son paroxysme. 120 ans après, elle donne toujours lieu à des films et à des ouvrages. Alain Pagès notamment vient de publier "L'affaire Dreyfus" (éd. Perrin). Cet historien est spécialiste de l'œuvre d'Émile Zola, dont l'histoire de l'engagement dans l'affaire Dreyfus est quelque chose qui "le passionne".
 

Un contexte de nationalisme exacerbé...

Quand, à la fin de l'année 1894, le capitaine Alfred Dreyfus est condamné, les Français sont encore traumatisés par la défaite de 1870. "Je crois qu'on imagine dificilement cette catastrophe extraordinaire qu'a pu être à la fois la défaite de Sedan et puis ce qui a suivi, le siège de Paris, la Commune, terrible guerre civile." Un état d'esprit que le roman de Zola, "La Débâcle" (1892), résume assez bien. Le nationalisme est un élément "fondamental" de cette fin de siècle en France. "Il est cet horizon intellectuel dans lequel sont tous les Français." Même Zola, quand il publie fameux texte "J'accuse" le 13 janvier 1898 dans le journal L'Aurore, "il défend la France et a une position nationaliste". 

C'est donc dans un climat pessimiste que se déroule l'affaire Dreyfus, climat que l'on retrouve dans la littérature. Publié en avril 1880, le recueil de nouvelles "Les soirées de Médan", écrit par Émile Zola mais aussi Guy de Maupassant ou Joris-Karl Huysmans, décrit "une France accablée par la défaite". Mais l'engagement des naturalistes n'est pas politique. "Ce qui va caractériser justement l'affaire Dreyfus, et surtout le grand geste de Zola, c'est qu'on passe d'un engagement moral à un engagement politique." 
 

... et d'émergence de l'antisémitisme

À cela s'ajoute l'antisémitisme. L'anti-judaïsme, qui était répandu depuis fort longtemps, se tranforme sous l'influence du journaliste Édouard Drumont (1844-1917), auteur en 1886 de "La France juive". Et "qui va construire une idéologie à la fois nationalisme, raciste, qui désigne les juifs comme l'ennemi". C'est d'ailleurs à lui que l'on doit le mot "antisémitisme".

Drumont a joué un rôle très important tout au long de l'affaire Dreyfus : c'est même lui qui la rend publique dès novembre 1894, dans La Libre parole. "Trahison d'un officier juif" sera "le fil directeur de la pensée nationaliste" durant toute l'affaire.
 

L'arrestation du capitaine Dreyfus

Si "l'affaire" Dreyfus - on pourrait même dire la première affaire Dreyfus - éclate le 1er novembre 1894 avec l'article d'Édouard Drumont, c'est en octobre que le capitaine Dreyfus est arrêté. "Il est arrêté brutalement, il ne sait pas pourquoi on l'arrête, il n'est pas du tout un personnage de traître."

En décembre, son procès se tient à huis clos : il est condamné à la pire des peines (la peine de mort est alors supprimée pour les crimes de trahison), la déportation à vie au bagne, sur l'île du Diable... "C'est déjà le premier élément romanesque peut-être de l'affaire Dreyfus."

 

Invités

  • Alain Pagès, historien, professeur émérite à l'université de la Sorbonne Nouvelle, spécialiste de la vie et de l'œuvre d'Émile Zola

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le samedi à 14h

Des grands événements qui ont façonné les civilisations aux personnalités qui ont marqué les consciences, Véronique Alzieu se tourne vers notre histoire. Une émission pour mieux comprendre le monde dans lequel on vit. Le week-end, elle vous offre l'intégrale du feuilleton proposé du lundi au vendredi. 

Le présentateur

Véronique Alzieu

Journaliste à RCF depuis 1993, Véronique s'est spécialisée au fil des ans dans le domaine de la foi, de la vie spirituelle et de la recherche de sens. Elle a choisi la radio parce que c'est un média de proximité, chaleureux sans être intrusif. Son léger accent trahit ses origines pyrénéennes qu'elle revendique avec joie!