L'Edit de Nantes

Présentée par

S'abonner à l'émission

La suite de l'Histoire, l'intégrale

samedi 26 mai à 14h00

Durée émission : 55 min

L'Edit de Nantes

© Henri IV

L’Édit de Nantes constitue un tournant dans l’histoire de France. Il met fin à 40 ans de guerre entre protestants et catholiques et jette les fondements de la laïcité.

Signé en avril 1598 par le roi de France Henri IV, l'Édit de Nantes marque la fin des guerres de religion entre catholiques et protestants. Doté d'une double portée, à la fois réelle et symbolique, il est considéré comme un véritable tournant historique. L'historien Bernard Cotteret commente et analyse cet acte.

Entre 1562 et 1598, les guerres de religions divisent le royaume. Les protestants s'en prennent aux biens d'Église, aux vitraux, aux objets sacrés... Les catholiques ripostent en tuant, en exécutant, dans une logique de l'exécration et du massacre. 

Il faut donc commencer par effacer le souvenir des affrontements. C'est une pédagogie de la mémoire : effacer ce qui sépare, ce qui divise. De plus, le texte concerne l'ensemble du pays, pas seulement la minorité protestante.

L'affirmation du pouvoir royal

Ce texte marque en quelque sorte l'affirmation de la monarchie absolue. Il constitue une équation entre la volonté du roi et un ordre divin : on divinise donc la volonté royale. La volonté qu'impose le roi est la volonté de Dieu.

La monarchie absolue, aux 16e et 17e siècle, permet également l'affirmation nationale à l'intérieur du pays. L'intérêt national transcende les clivages, on défend les intérêts en tant que Français. Aussi, l'avis du Pape ne pèse nullement dans l'Édit de Nantes.

Des dispositions limitées pour les protestants

Les protestants peuvent exercer leur culte, mais avec des restrictions. Ils ne peuvent pas s'installer n'importe où. Pour ce qui est de Paris, le culte sera à 5 lieues du centre de la ville : les huguenots doivent alors, chaque dimanche, remonter la vallée de la Seine...

La communauté protestante n'est pas financée par le roi. Les communautés paient les pasteurs, aussi on remarque, constamment, des problèmes d'argent. Des places de sûreté sont accordées aux protestants, mais certains endroits affectés au culte catholique doivent être restitués.   
 



Permettre la coexistence religieuse

Henri IV cherche avant tout à éviter les troubles à l'ordre public. C'est là, presque, l'amorce d'une première idée de laïcité. Cette relative paix entraîne une effervescence intellectuelle, une émulation entre les confessions.

La paix civile et religieuse est également bénéfique sur le plan économique. Le contrat, globalement, a été convenablement respecté. La population était épuisée de la guerre, de l'insécurité et des conflits.

Alors qu'en Angleterre, les protestants se soulèvent contre la royauté (1649), en France, les protestants ont conscience d'avoir besoin de la protection royale. Ce qui garantit la survie de la volonté d'Henri IV dans l'Édit de Nantes, c'est le fait que catholiques et protestants soutiennent et prient pour le roi. 

La révocation de l'édit

L'Édit de Nantes est présenté comme "perpétuel et irrévocable". Cela ne signifie pas pour autant "éternel" : simplement qu'il pourra être révoqué... par un nouvel édit.
 



Ce sera donc l'Édit de Fontainebleau, signé par Louis XIV en 1685. Les pasteurs doivent partir, de nombreux protestants s'exilent. Pour autant, les communautés ne disparaissent pas... Mais alors, les protestants se tournent du côté républicain. 

Invités

  • Bernard Cottret , historien et angliciste français

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Tous les samedis à 14h00

Des grands événements qui ont façonné les civilisations aux personnalités qui ont marqué les consciences, Véronique Alzieu se tourne vers notre histoire. Une émission pour mieux comprendre le monde dans lequel on vit. Le week-end, elle vous offre l'intégrale du feuilleton proposé du lundi au vendredi. 

Le présentateur

Véronique Alzieu

Journaliste à RCF depuis 1993, Véronique s'est spécialisée au fil des ans dans le domaine de la foi, de la vie spirituelle et de la recherche de sens. Elle a choisi la radio parce que c'est un média de proximité, chaleureux sans être intrusif. Son léger accent trahit ses origines pyrénéennes qu'elle revendique avec joie!