La France des Trente Glorieuses

Présentée par

S'abonner à l'émission

La suite de l'Histoire, l'intégrale

jeudi 21 juillet 2016 à 17h03

Durée émission : 55 min

La France des Trente Glorieuses

Les Trente Glorieuses: une euphorie économique que beaucoup de nos contemporains ont vécue. Une période qui a eu pourtant ses laissés-pour-compte. Véronique Alzieu reçoit Dominique Lejeune.

De 1945-1974, on considère que la France a vécu des années fastes, juste après la Seconde Guerre mondiale. Une appellation calquée sur celle des "Trois glorieuses": les 27, 28 et 29 juillet 1830, trois jours de révolte que l'on désigne aussi sous le terme Révolution de Juillet. Il y a donc une connotation révolutionnaire dans l'expression les Trente Glorieuses: non pas une révolution politique mais économique. D'ailleurs l'expression est celle d'un économiste, Jean Fourastier.

Cette révolution économique et culturelle, beaucoup de nos contemporains l'ont vécue. Du début des années 50 jusqu'au milieu des années 70, la France a connu une croissance insolente. Après les années de guerre, l'industrie est repartie, les énergies ont été exploitées à outrance, et le baby boom battait son plein. Pour Dominique Lejeune il serait tentant de croire que cette période euphorique a gagné tous les Français, tentant de penser qu'il n'y a pas eu de laissés-pour-compte... "Ce qui serait totalement faux".

Invités

  • Dominique Lejeune, Docteur ès Lettres et Sciences humaines, spécialiste d’histoire sociale et intellectuelle

Les dernières émissions

L'émission

Le samedi à 16h

Des grands événements qui ont façonné les civilisations aux personnalités qui ont marqué les consciences, Véronique Alzieu se tourne vers notre histoire. Une émission pour mieux comprendre le monde dans lequel on vit. Le week-end, elle vous offre l'intégrale du feuilleton proposé du lundi au vendredi. 

Le présentateur

Véronique Alzieu

Journaliste à RCF depuis 1993, Véronique s'est spécialisée au fil des ans dans le domaine de la foi, de la vie spirituelle et de la recherche de sens. Elle a choisi la radio parce que c'est un média de proximité, chaleureux sans être intrusif. Son léger accent trahit ses origines pyrénéennes qu'elle revendique avec joie!