La marquise de Pompadour, reine des Lumières

Présentée par Véronique Alzieu

S'abonner à l'émission

La suite de l'Histoire, l'intégrale

mercredi 16 août à 17h03

Durée émission : 55 min

La marquise de Pompadour, reine des Lumières

© Wikimédia commons / Madame de Pompadour par François Boucher, v. 1758

Madame de Pompadour fut une des favorites de Louis XV et jusqu'au bout son amie. Vive, gaie et proche des Lumières, elle fut la part lumineuse d'un roi mélancolique, fasciné par la mort.

"Elle était extraordinairement intelligente, fine et cultivée." Si Madame de Pompadour est passée à la postérité comme favorite du roi Louis XV, elle ne le doit pas qu'à son charme. Ce que défend Karin Hann dans la biographie "Reine des Lumières" (éd. Du Rocher). Où elle retrace jour après jour l'itinéraire de cette femme hors du commun. De celle qui fut, au siècle des Lumières, l'instigatrice d'une "révolution de palais" au dire de Voltaire.
 

Dans une société d'Ancien Régime, elle montrait à tous que les privilèges pouvaient s'acquérir par l'éducation

 

Pompadour, l'autre nom du raffinement

"Elle a marqué le siècle de son empreinte." Le style Pompadour est "synonyme de raffinement", nous dit sa biographe. La favorite de Louis XV, de 1745 à 1752, dont elle est restée l'amie jusqu'à sa mort, elle avait "créé une sorte d'atmosphère autour du roi, notamment dans les petits diners particuliers où l'on servait à la française les mets les uns après les autres". Ce que la Pompadour a laissé c'est un patrimoine, en somme.

 



 

née Poisson...

"Je ne suis pas surprise non plus de la voir aussi généralement regrettée qu'elle a été généralement haïe." Ces mots sont ceux d'une amie de Jean-Jacques Rousseau, Marianne Latour de Franqueville. À la cour du roi on ne lui a jamais pardonné de n'être pas issue de la noblesse. Même si en épousant Charles-Guillaume Lenormant d'Étioles elle a accédé à "la petite noblesse", comme l'explique Karin Hann. La petite bourgeoisie de Province dont elle est issue lui est restée comme "une faute originelle".
 

... au siècle des Lumières

Généreuse, drôle, gaie, la marquise de Pompadour ne comprenait pas la malveillance dont elle faisait l'objet. Il y a eu notamment la violence des Poissonnades, ces poèmes satiriques qui ont circulés contre elle, d'"effroyables pamphlets", pour Karin Hann. Dirigés contre elle, mais aussi contre la "révolution de palais" qu'elle opérait au cœur des lieux de pouvoir. Là, dans une société d'Ancien Régime, elle montrait à tous que les privilèges et le droit de siéger à la cour pouvaient s'acquérir par l'éducation, comme le lui disait Voltaire.

- émission diffusée le 19 juin 2017 - 

 

Invités

  • Karin Hann , doctorante en lettres, membre du jury du prix Marcel Pagnol et du Grand Prix du roman historique

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Tous les samedis à 14h00

Des grands événement qui ont façonné les civilisations aux personnalités qui ont marqué les consciences, Véronique Alzieu se tourne vers notre histoire. Une émission pour mieux comprendre le monde dans lequel on vit. Le week-end, elle vous offre l'intégrale du feuilleton proposé du lundi au vendredi. 

Le présentateur

Véronique Alzieu

Journaliste à RCF depuis 1993, Véronique s'est spécialisée au fil des ans dans le domaine de la foi, de la vie spirituelle et de la recherche de sens. Elle a choisi la radio parce que c'est un média de proximité, chaleureux sans être intrusif. Son léger accent trahit ses origines pyrénéennes qu'elle revendique avec joie!