La place des femmes dans l'histoire du christianisme [2/2]

Présentée par

S'abonner à l'émission

Dialogue

vendredi 27 janvier 2017 à 16h00

Durée émission : 25 min

Dialogue

© Olivier DONNARS/CIRIC

Les premiers chrétiens ont souvent été des premières chrétiennes et le Christ ne s'est jamais passé de la parole des femmes. Et pourtant, l’Église les a mises à l'écart des ministères.

Marthe, Marie-Madeleine, la Samaritaine... À une époque et dans une culture où l'homme ne parlait pas publiquement aux femmes, pourquoi le Christ l'a-t-il fait? C'est aux femmes que le Ressuscité s'est révélé, à elles qu'il a demandé d'aller porter la Bonne nouvelle aux apôtres. Pourtant, les disciples du Christ ne s'en sont pas étonnés et leurs successeurs ont écarté les femmes de la parole, de la prophétie, des ministères et du pouvoir. Pourquoi les apôtres se sont-ils accaparé le gouvernement de l'Église comme n'importe quel gouvernement depuis l'Antiquité? Et malgré tout cela, les femmes sont bel et bien dans l'Église.
 

"Une Église qui se prive de la parole des femmes risque de s'appauvrir gravement."

 

La place des chrétiennes dans l'histoire des chrétiens

"Je ne me suis pas interrogée avec aigreur." C'est une femme, Elisabeth Dufourcq, qui se pose toutes ces questions. Elle signe en 2008 un important ouvrage sur le sujet, "Histoire des chrétiennes" (éd. Bayard). Elle y développe 2.000 ans de l'histoire des chrétiennes mais ne cherche pas cependant à régler des comptes.

En tant que chrétienne et historienne, elle émet une réflexion dans l'élan d'une foi qui s'interroge, et se soumet à l'exigence scientifique. "J'ai souhaité traiter un sujet qui semblait jusqu'à présent avoir été traité de façon partisane", explique-t-elle, c'est -à-dire de façon tantôt "anticléricale" tantôt "apologétique". L'apport essentiel des travaux d'Elisabeth Dufourcq, qui est aussi politologue, réside dans l'observation comparée de l'histoire de l'Eglise et de l'histoire politique ou économique.
 

La mise à l'écart des femmes de l'annonce de l'évangile

"Les premiers chrétiens ont souvent été des premières chrétiennes." De la mise à l'écart des femmes, Elisabeth Dufourcq distingue deux types de conséquences quant à l'annonce de l'Evangile, à court terme et long terme. Les premières ont pu avoir, selon l'historienne des effets "bénéfiques": "Si Paul a demandé aux femmes de ne pas prendre la parole dans les assemblées, c'est que les femmes de Corinthe parlaient énormément!"

Mais à long terme, "une Église qui se prive de l'intuition, de la compréhension, et de la parole des femmes, dont le Christ lui-même ne s'est jamais passée, c'est une Eglise qui risque de s'étioler, de s'appauvrir gravement". Appauvrisement qu'Elisabeth Dufourcq constate en Europe occidentale, aux Etats-Unis ou en Amérique latine.

 

Les dernières émissions

L'émission

Le mardi à 13h30, le samedi à 15h et le dimanche à 22h

Mieux comprendre le monde, dans lequel nous sommes invités à vivre en chrétiens, grâce aux travaux des historiens, des sociologues et des artistes ainsi qu’à travers la réflexion philosophique. C'est ce que vous proposent Monserrata Vidal et Sarah Brunel.  

Le présentateur

Marie-Françoise Tinel

Marie-Françoise est bénévole au service de l'émission  Dialogue   depuis 2000. Après avoir été professeur de philosophie dans l'enseignement public, c’est pour elle « une façon passionnante de continuer à être « passeur » des travaux des chercheurs, au carrefour du culturel et du religieux ».