La santé mentale des personnages clés de l'histoire

Présentée par

S'abonner à l'émission

La suite de l'Histoire, l'intégrale

samedi 21 septembre à 16h00

Durée émission : 55 min

La santé mentale des personnages clés de l'histoire

© Wikimédia Commons - Adolf Hitler, Joseph Staline, Maximilien de Robespierre, Catherine II de Russie, Napoléon, Churchill

Bipolarité, paranoïa ou addictions : la santé mentale des puissants de ce monde n’est pas toujours garantie. Avec Staline, Hitler ou Robespierre la folie s’est invitée au sommet de l'État.

Hitler et Staline étaient-ils fous ? Napoléon était-il en pleine possession de ses moyens après 1808 ? Pourquoi Churchill avait-il des accès de mélancolie voire de dépression ? La santé mentale de ces personnages et de bien d'autres est au cœur de l'ouvrage de Patrick Lemoine, "La santé psychique de ceux qui ont fait le monde" (éd. Odile Jacob). On y croise aussi Robespierre, Jules César, Catherine II de Russie, Charles de Gaulle et même Jeanne d'Arc et Jésus de Nazareth.
 

étudier la Psychologie des puissants

Quand on est psychiatre et passionné d'histoire, on en vient tôt ou tard à se questionner "sur l'état de santé mentale" des puissants du monde. Le Dr Patrick Lemoine s'est intéressé aussi bien au roi Saül qu'à Charles de Gaulle, en passant par Jeanne d'Arc. Pas toujours simple cependant de trouver des informations fiables les concernant.

Pour Jeanne d'Arc, "il y a une masse de documents extraordinaires", mais pour le roi David ou le roi Saül, c'est plus compliqué, puisque la seule source est la Bible. Mais "ils étaient tellement caricaturaux en ce qui concerne le trouble bipolaire ou maniaco-dépressif que là, j'affirme, je suis certain de mon coup quand je porte ce genre de diagnostic", dit le psychiatre.
 

le pouvoir qui rend fou ?

Faut-il être fou pour arriver au pouvoir ou est-ce le pouvoir qui rend fou ? Certes, pour désirer diriger il faut se croire différent des autres, mais c'est souvent l'hubris, cet "orgueil incommensurable" qui fait que l'on est convaincu d'être au-dessus du peuple et des lois.

"Plus on est au-dessus des lois moins on est dans la réalité plus on risque de planer, pour parler vulgairement." Au risque de multiplier les paradoxes : Robespierre se disait opposé à la peine de mort et pour l'imposer il guillotinait les gens. Autre grand paranoïque, Hitler, qui considérait que les grands blonds aux yeux bleux étaient des surhommes, ils étaient dirigés par un petit brun...

"Je considère que le général de Gaulle était un homme sain." Mais qu'est-ce que la bonne santé psychique ? C'est avoir la bonne réaction au bon moment et sans que ce soit tout le temps la même, explique le psychiatre. Dans le cas du général de Gaulle, il avait tout de même "une très haute estime de lui-même". "Ce qui me fait dire qu'il n'était pas fou c'est que sa grandeur ne pouvait découler que de celle de la France."

 

Invités

  • Patrick Lemoine, psychiatre, spécialiste du sommeil, directeur d'enseignement clinique à l'université Claude-Bernard (Lyon)

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le samedi à 14h

Des grands événements qui ont façonné les civilisations aux personnalités qui ont marqué les consciences, Véronique Alzieu se tourne vers notre histoire. Une émission pour mieux comprendre le monde dans lequel on vit. Le week-end, elle vous offre l'intégrale du feuilleton proposé du lundi au vendredi. 

Le présentateur

Véronique Alzieu

Journaliste à RCF depuis 1993, Véronique s'est spécialisée au fil des ans dans le domaine de la foi, de la vie spirituelle et de la recherche de sens. Elle a choisi la radio parce que c'est un média de proximité, chaleureux sans être intrusif. Son léger accent trahit ses origines pyrénéennes qu'elle revendique avec joie!